Drogue à Montpellier : deux policiers blessés lors d’interpellations agitées

INFO MÉTROPOLITAIN. L’interpellation en flagrant délit de dealers a été particulèrement agitée, vendredi vers 19h45, dans une cité de la rue de Montasinos, dans le quartier de l’Aiguelongue, à Montpellier.

Des policiers de la brigade antocriminalité -BAC- ont surpris une transaction de produits stupéfiants, du cannabis notamment et ont arrêté les dealers. Une interpellation dans un milieu hostile, puisque des jeunes de la cité ont pris à partie, puis malmenés les policiers de la Sécurité publique.

Jets de projectiles

Les policiers de la BAC ont demandé des renforts et une quinzaine de véhicules de police-secours, de la BAC, de la brigade canine et autres unités ont été mobilisés rapidement pour ramener le calme et pour assurer la protection de leurs collègues violemment pris à partie lors du flagrant délit.

Une sécurisation qui a été difficile, après des jets de projectiles et des scènes de violences. Les policiers ont été contraints d’utiliser des grenades de gaz lacrymogène pour disperser les fauteurs de trouble.

Deux policiers ont été blessés, notamment aux genoux et transportés aux urgences du CHU Lapeyronie. Ils vont bénéficier d’un arrêt de travail.

Saisie et gardes à vue

Les policiers ont pu saisir de la drogue et procéder à cinq interpellations. Il s’agit de résidents des cités de l’Aiguelongue. Des gardes à vue sont en cours au commissariat central, à la brigade des « stups » de la sûreté départementale de l’Hérault.

Cette rétention en matière de stupéfiants peut durer 96 heures, sous l’autorité du parquet de Montpellier.

5 Comments

  1. Tu m’étonnes que les mecs flippent. En zonzon, les dealers sont connus comme étant de véritables balances et indics, alors chaud pour eux, forcément ils ne veulent pas y aller…

  2. Rappelons aux libéraux que la consommation de ces drogues est particulièrement contre-productive en espaces publics ou collectifs, comme par exemple les stations du réseau des Transports de l’Agglomération de Montpellier. Elle est donc non seulement interdite par la loi, mais en outre moralement déconseillée car relevant du délit.

  3. Franchement je comprend les vendeur de drogue la plupart des jeunes n’ont pas de travail dans les cités à un moment donné ils sont obligés de vivre pour manger pour leur famille et leurs enfants enfin bref c’est facile de juger vous les bourgeois les mangeurs de fromage

    1. « ils sont obligés de vivre pour manger pour leur famille et leurs enfants… »
      En français et sans être complètement défoncée ça donne quoi ?

    2. Vous dites vraiment n’importe quoi !
      J’habite la cité aiguelongue depuis plus de 15 ans, et pourtant je suis un gros mangeur de fromage ! De 2 je connais tous ces gens, je suis du même rang social qu eux su je puis dire et je n’ai jamais vendu quoique ce soit ! Alors tout ce que vous dites ce ne sont que des excuses bidons, tomber dans le trafic c’est la facilité..
      Je vis ici depuis mes 10 ans et le trafic de drogue gangrène mon quartier depuis toujours avec la violence qui va avec.
      Bref vous ne faites que des généralités d’une part et défendaient l’indefendable.

      Bonne soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *