Meurtre de Béziers : un marginal mis en examen et écroué

Un marginal âgé de 49 ans, déjà défavorablement connu de justice, notamment pour des violences volontaires et des ivresses sur la voie publique, a été mis en examen jeudi soir pour homicide volontaire -meurtre, qualification criminelle- par un juge d’instruction du tribunal de grande instance de Béziers et incarcéré, après la mort violente d’un SDF, annonce ce vendredi Yvon Calvet, le procureur de la République de cette ville. Métropolitain a évoqué cette affaire ici, dès hier.

Entouré du commissaire divisionnaire Jean-Philippe Fougereau, directeur du Service régional de police judiciaire -SRPJ- de Montpellier, Yvon Calvet confirme que l’autopsie pratiquée hier à l’Institut médico-légal du CHU Lapeyronie, à Montpellier a confirmé que le marginal qui avait 54 ans est décédé de coups violents. Il refuse d’en dire plus et notamment si une arme ou un objet lourd ont été utilisés, ou s’il a été tabassé à coups de pied, de poing et de tête. La victime était alcoolisée.

Dans le hall de l’immeuble

Le corps du quinquagénaire a été découvert dans le hall d’un immeuble de la rue des Têtes, près de l’église Sainte-Madeleine, dans la nuit de mardi à mercredi, vers 4h, après qu’un piéton en état d’ivresse et les vêtements maculés de sang a alerté une patrouille de police nationale qui était de passage dans cette rue. Quand les policiers de la Sécurité publique du commissariat local sont venus au chevet de la victime, il était trop tard, elle était décédée, comme l’ont ensuite constaté les pompiers et le Samu.

Une rixe sur fond d’alcool dans un appartement de cet immeuble, où au moins trois personnes se trouvaient cette nuit-là est l’hypothèse privilégiée par les enquêteurs. « Il faut établir combien ils étaient en tout, reconstituer le trajet des intéressés avant la découverte du corps, car, ils ont été à plusieurs autres endroits, depuis combien de temps ils se trouvaient dans l’appartement de l’un d’eux, pourquoi la victime a été retrouvé mort dans le hall, etc. », explique le directeur du SRPJ de Montpellier.

Les policiers ont notamment saisi les bandes des caméras de vidéosurveillance de la Ville de Béziers.

Deux témoins libérés

Dans la foulée de la découverte macabre, les enquêteurs ont interpellé trois marginaux, mercredi, dont celui qui a alerté la police vers 4h et qui avait du sang sur lui.

Ils ont été placés en garde à vue. Deux d’entre-eux ont finalement été remis en liberté, l’un dès mercredi, l’autre hier, précise ce vendredi le procureur de la République de Béziers. Le SDF mis en examen et écroué aurait directement participé au meurtre du quinquagénaire. L’instruction se poursuit activement.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *