Valras-Plage : un boulanger à l’agonie affiche sa baguette en l’air

L’immense photo placardée sur la façade d’une boulangerie de Valras-Plage fait le buzz : on y voit le boulanger, Mickaël Moretti et son épouse, pratiquement à poil. Sur des pancartes, le message est clair et donne le ton : « Baisser son pantalon pour ne pas baisser son rideau ». Au fond du trou, le couple s’est mis à nu pour alerter l’opinion. Pour montrer son désarroi, mais aussi et surtout sa colère, le boulanger a décidé d’afficher sa baguette en l’air.
Mickaël Moretti, installé rue Charles Thomas, à Valras-Plage à l’enseigne « Aux Délices d’Enzo » depuis près de vingt ans, est acculé par des charges de plus en plus lourdes, chaque mois. Ils font partie des petits commerçants du centre-ville qui se meurent. Et qui baissent leur rideau, les uns après les autres, « mangés » par cette folle concurrence des nouveaux commerces qui vendent du pain en cassant les prix : une baguette gratuite pour trois, voire deux achetées.

Interpeller la population

Mickaël Moretti n’en peut plus. À bout, il a décidé de suivre, avec sa femme, le mouvement lancé par Yann et Mathilde Malet qui exploitent un bar tabac à Outreau, près de Boulogne-sur-Mer, dans les Hauts-de-France : le 11 mars dernier, les buralistes ont posé nu.

« Étouffés de charges imposées par la politique mise en place au sein de l’Etat, nous avons décidé de nous exposer dans le plus simple appareil, afin d’interpeller la population, les élus et notre clientèle sur l’état de leurs petits commerçants », témoigne le couple héraultais.

Une cagnotte en ligne

Ils ont mis une cagnotte en ligne pour collecter des fonds, qui vont leur permettre de faire face, tant leurs finances sont catastrophiques. « C’est vraiment humiliant », se désole Mickaël Moretti. Avec sa femme, l’objectif est de sauver « Aux Délices d’Enzo » du dépôt de bilan, et il y a urgence. C’est plus qu’un cri d’alarme que le couple lance, mais, un cri du coeur.
Le geste courageux du boulanger de Valras-Plage et de son épouse n’est pas juste un coup de baguette en l’air. À l’agonie, ils sont vraiment dans le pétrin : 1 200 petites boulangeries ferment chaque année en France.

3 Comments

  1. Bravo pour votre courage moi j’ai du baisse le rideau en janvier faite à cette foutu concurrence de boulangerie industrielle de Marie b. …… et aucun politique ne nous à écoute et aujourd’hui je suis dans la merde encore merci à cette merde de politique

  2. De tout cœur avec vous !! D’autant que j’ai dû fermer il y a 1an grâce au charges toujours trop grandes et et surtout à la concurrence déloyale des boulangeries industrielles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *