Scooters, motos, voiturettes : une nouvelle législation pour la catégorie AM

Pour conduire un cyclomoteur ou une voiturette, les personnes nées à partir du 1er janvier 1988 doivent être titulaires du permis dans la catégorie « apprenti motard », AM, ex-BSR. Les personnes nées avant le 1er janvier 1988 sont dispensées de ces titres. Une nouvelle législation est, en effet entrée en vigueur le 1er mars. 

Persuadé que plus les jeunes sont initiés tôt à la conduite sur la route, plus ils adopteront un comportement routier responsable, le gouvernement a révisé à la baisse, en octobre 2014, l’âge requis pour pouvoir conduire un quadricycle léger, qui passe alors de 16 à 14 ans. La législation impose à cette même occasion aux personnes nées après 1988, de disposer du permis « apprenti motard », AM, -ex-BSR- pour accéder à cette nouvelle forme de liberté en toute sécurité.

L’arrêté du 18 décembre 2018, modifiant l’arrêté du 8 novembre 2012 fixant les conditions d’obtention du brevet de sécurité routière correspondant à la catégorie AM du permis de conduire, a été publié au Journal Officiel du 23 décembre dernier.

Ce texte, qui est entré en vigueur le 1er mars, apporte des modifications aux contenus et modalités d’organisation de la formation dispensée en vue de l’obtention de la catégorie AM du permis de conduire.

Le permis AM est désormais délivré en préfecture et non plus en moto-école.

Contenus et modalités d’obtention modifiés

  • La durée minimale est désormais portée à 8 heures (au lieu de 7h), dispensée sur deux jours au moins (au lieu d’une journée), sans excéder quatre heures de formation par jour (pour une meilleure assimilation par l’élève des connaissances et des pratiques) ;
  • La possibilité de moduler la durée de la formation à la conduite hors circulation et sur les voies ouvertes à la circulation (pour introduire de la souplesse et mieux adapter la formation au profil de l’élève : hors circulation = minimum 1 heure ; en circulation = minimum 3 heures) ;
  • La participation de l’un au moins des parents ou du représentant légal de l’élève mineur lors de la dernière séquence de «Sensibilisation aux risques», d’une durée minimale d’une heure ;
  • La mise en place d’un livret de formation ;
  • La mise en place d’une séquence «code de la route» pour l’acquisition et/ou la révision de connaissances basiques.

La date du 1er mars a été retenue pour permettre aux établissements d’enseignement de la conduite et de la sécurité routière concernés d’anticiper la mise en œuvre des modifications apportées à cette formation à la conduite des cyclomoteurs et des quadricycles légers à moteur.

Obligation d’avoir un équipement minimum

Autre nouveauté du permis AM, les candidats devront désormais être équipés d’un équipement minimum lors du passage de la formation, ce dernier devant être fourni par le candidat. Un bon moyen de sensibiliser à l’importance de l’équipement puisqu’il faudra être pourvu d’un casque homologué, de gants motos, d’un pantalon long, d’un blouson à manches longues et de chaussures montantes au minimum pour pouvoir prétendre au permis AM.

Côté tarifs, il est possible que cette heure supplémentaire entraîne une hausse tarifaire à terme, en attendant, les tarifs pratiqués dans les écoles de conduite varient en moyenne entre 150 € et 400 €, selon les régions.

Easymonneret et Ligier partenaires

Une évolution que Ligier Group ( leader du segment du quadricycle léger) accueille favorablement. L’entreprise et ses partenaires EasyMonneret (spécialiste de la formation moto et scooter) et ECF saisissent cette opportunité pour renforcer encore davantage leurs actions communes en faveur de la formation des jeunes dès 14 ans à la conduite d’un quadricycle léger, et à l’apprentissage du partage de la route.

Le quadricycle léger en plein évolution

La voiture sans permis, dont le nom exact est « quadricycle léger », existe depuis les années 80 en France. Autrefois qualifiée de « voiturette », elle s’est transformée au fil du temps pour conquérir toutes les routes avec des finitions soignées et des équipements dernières générations !

Le quadricycle léger est en train de changer le visage de la ville en séduisant une clientèle jeune dès 14 ans et leurs parents qui semblent de plus en plus convaincus par la sécurité apportée par ces véhicules.

Selon une étude menée par le comparateur d’Assurance VSP, près de 40 % des conducteurs de voitures sans permis ont moins de 32 ans. Sachant également, que 10% de la population française vit sans permis, le marché du quadricycle léger a de beaux jours devant lui en attirant un public de plus en plus varié et annonce une véritable tendance métropolitaine et sociétale.

2 Comments

  1. Ça devrait être mieux encadré par la loi.la plus part des conducteurs de voiturettes sont des danger public et les voiturettes des épaves roulantes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *