Montpellier : mineurs et jeunes majeurs voleurs de téléphones

Les geôles du commissariat central de Montpellier étaient bien pleines le week-end dernier : outre les sept casseurs en garde à vue après des violences lors de l’acte XV des Gilets Jaunes, samedi, des mineurs étrangers non accompagnés et de jeunes majeurs, des anciens mineurs isolés, ont été interpellés pour de multiples vols.

Samedi à 21h45, le système d’alarme s’est déclenché dans l’enseigne Décathlon, sur le site commercial d’Odysseum. Une patrouille de la brigade anticriminalité -BAC- a été dépêchée sur place, où les policiers ont découvert un adolescent âgé de 16 ans, un mineur étranger non accompagné hébergé dans l’Hérault, en train de faire des tours de vélo ! Il a expliqué qu’il avait des écouteurs branchés à son téléphone mobile et qu’il était aux toilettes, quand le Décathlon a informé la clientèle qu’il fermait ses portes. Et qu’il s’était retrouvé bloqué à l’intérieur. Sans trop convaincre les policiers, car il avait sur lui trois téléphones portables, des clés et de la monnaie. Après un rappel à la loi par le parquet, il a été remis à la cellule d’urgence.

Surpris en flagrant délit

Samedi à 22h15, des locataires d’un immeuble de la rue de la République, près de la gare SNCF Saint-Roch ont appelé le 17 en signalant qu’ils venaient de neutraliser deux jeunes individus en train de dérober des objets dans une voiture de location garée dans la cour intérieure, où ils s’étaient introduits par effraction. Âgés de 16 ans, mineurs étrangers non accompagnés également, ils étaient porteurs de deux téléphones portables de provenance suspecte. Ils ont été remis à la cellule d’urgence.

Le phénomène des adultes, ex-mineurs isolés

Toujours en cette nuit de samedi à dimanche, à 0h10 cette fois, deux adultes -18 et 19 ans- déjà connus de la police et de la justice quand ils étaient mineurs isolés ont agressé un usager dans une rame du tramway immobilisée à la station Comédie, sur la place éponyme. L’un d’eux lui a porté un coup de poing, tandis que son complice lui arrachait son téléphone portable des mains. Des témoins se sont interposés et ont retenu les agresseurs, tandis que les faits étaient signalés au 17. Une patrouille de la brigade anticriminalité -BAC- très vite sur place a interpellé les auteurs présumés. Ils ont été déférés au parquet.

Le phénomène nouveau inquiète les policiers de la Sécurité publique : les ex-mineurs étrangers non accompagnés hébergés dans l’Hérault deviennent majeurs, mais ne quittent pas la ville, où ils deviennent des SDF qui vont dans les foyers d’accueil. Leurs dossiers de demandeurs d’asile ne sont pas acceptés, puisqu’il n’y a aucune guerre dans les pays où ils sont nés et d’où ils viennent via des filières de migrants. Ils ne sont que des réfugiés économiques.

« Le coup à la Zidane »

Toujours dans la nuit de samedi à dimanche, à 1h10, sur la place de la Comédie, une étudiante esseulée a été encerclée par un groupe de jeunes « en douceur », les uns la draguant, d’autres l’enlaçant et faisant des petits sauts de figures ayant rendu célèbre le football Zinédne Zidane, pour, finalement lui voler son téléphone portable. « Le coup à la Zidane », comme l’appellent les policiers. Alors que les policiers de la Sécurité publique accompagnait le voleur présumé à leur véhicule et alors qu’il se débarrassait d’une carte bancaire volée, un second téléphone sonnait dans sa poche. Au bout du fil se trouvait la victime d’un précédent vol à la tire commis dans des circonstances similaires dans l’Écusson. Elle cherchait à savoir qui était en possession de son bien. Elle a été heureuse et soulagée d’avoir eu au bout du fil un policier. Elle a pu récupérer son téléphone la nuit même.

À trois pour un téléphone

Dimanche à 3h45, une nouvelle fois dans une artère du centre-ville, trois piétons alcoolisés se sont « collés » à une jeune femme pour la draguer et pour l’accompagner chez elle. Sauf que l’un d’eux lui a subtilisé « en douceur » son téléphone mobile. Méfiante, elle s’en est aperçue et a demandé à un témoin d’appeler police-secours. Des patrouilles de la Sécurité publique ont rapidement localisé le trio, des mineurs étrangers non accompagnés âgés de15 à 17 ans. Le téléphone volé a été récupéré sur l’un d’eux et restitué à la victime. La scène du vol a été filmée par la vidéosurveillance et enregistré par le centre de supervision urbaine, CSU, de la Ville de Montpellier.

Deux « roulottiers »

À 4h15, deux mineurs étrangers non accompagnés âgés de 14 et 16 ans ont été surpris par une patrouille de la BAC en train de fouiller une voiture en stationnement rue de Verdun : ils venaient de voler des objets. Ils ont expliqué que le véhicule était ouvert et qu’ils voulaient passer la nuit dans l’habitacle. Selon des témoins, le duo a été repéré en train de tenter d’ouvrir d’autres voitures garées dans cette rue, avant de grimper dans celle où ils ont été arrêtés. Ils ont été remis à leurs éducateurs, après audition à la sûreté départementale de l’Hérault, où l’activité a été très intense durant tout le week-end.

4 Comments

  1. Il va bientôt falloir instaurer un  » couvre-feu » pour les gens honnêtes.
    Ca devient vraiment pénible de ne plus pouvoir déambuler en ville sans crainte.

  2. Montpellier est à l’image de beaucoup d’autres villes où règne l’insécurité engendrée par l’afflux d’étrangers mineurs qui n’ont aucun scrupule à nous agresser, de jour comme de nuit.

  3. Personnellement, après l’agression de mon fils par ses sauvageons, la fille d une amie violée dans l écusson, un amis délesté de’son mobile par violence. La,police nous demande d éviter la comédie et »le’coeur’de ville après 20 h… Le mieux est de rester chez nous et laisser la ville et nos rues à ces étrangers sans papiers… La police arrête toujours les mêmes mais ne peut rien faire et les relâchent… Allez continuons a’fermer les yeux et laissons ces jeunes sauvageons bien accompagnés par toutes ces super associations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *