Montpellier : les quatre braqueurs d’un supermarché trahis par un ADN

Les quatre auteurs présumés d’un hold up avec séquestration commis le 23 mai 2016 au petit matin, à l’ouverture du supermarché discount Lidl de l’avenue de la Liberté, dans le quartier de Celleneuve, à Montpellier ont été interpellés le 29 janvier par les policiers du SRPJ de Montpellier, dont la brigade de recherches et d’intervention -BRI- et avec l’appui des policiers d’élite de l’antenne d’ici du RAID, comme Métropolitain l’a révélé ici. Retour sur cette enquête.

Le 23 mai 2016, au petit matin, le responsable du Lidl de Celleneuve qui se présentait pour l’ouverture du supermarché était braqué par trois malfaiteurs gantés, encagoulés, masqués et/ou casqués, pointant des armes de poing et une arme blanche, avant de le séquestrer, ainsi que les employés arrivés peu après.

Pour les contraindre à ouvrir le coffre-fort, ils ont été malmenés, gazés avec une bombe lacrymogène, sans être blessés, toutefois. Mais, ils étaient choqués après la fuite du trio avec la recette contenue dans le coffre.

Une voiture repérée

L’enquête était confiée au Service régional de police judiciaire -SRPJ- de Montpellier. « L’exploitation des bandes de la videosurveillance du supermarché et de la Ville de Montpellier a permis de repérer une voiture dans le secteur du Lidl, avant et après le vol à main armée, avec quatre individus à bord. Ce véhicule a été localisé dans un quartier, en stationnement. À côté, la police technique et scientifique a saisi un sachet en plastique utilisé par les braqueurs et jeté au sol. Un ADN a pu être isolé », indique Christophe Barret, le procureur de la République de Montpellier.

Quelques mois plus tard, le fichier national automatisé des empreintes génétiques -FNAEG- a identifié cet ADN comme appartenant à un Montpelliérain déjà connu de la justice pour des délits routiers et résidant dans une cité de la ville. Il était dès lors placé sous étroite surveillance et sa téléphonie était exploitée.

Trois complices identifiés

L’analyse des appels passés et reçus a permis d’établir qu’il avait été en contact réguliers, dans les heures ayant précédé le hold up et après le départ du quatuor du supermarché, avec trois complices, connus également de la justice, dont deux avec 24 condamnations à son casier judiciaire, alors qu’il n’a que 22 ans et sept mentions pour celui âgé de 23 ans.

Ils ont été discrètement filé pendant plusieurs semaines, avant que le SRPJ décide de lancer son coup de filet, mardi 29 janvier. Les perquisitions au domicile des suspects dans une cité de Montpellier ont été fructueuses : des pistolets automatiques approvisionnés, des munitions et un chargeur de gros calibres, des gants, des cagoules, un casque de moto et une bombe lacrymogène.

Un home-jacking

L’enquête a établi que la voiture utilisée pour ce braquage avait été dérobée « en douceur » un mois plus tôt, dans la propriété d’un Montpelliérain, lors d’un home-jacking. Le ou les auteurs s’étaient introduits par effraction, avaient subtilisé les clés laissés sur un meuble, pendant que le propriétaire était endormi et étaient repartis avec le véhicule.

Lors de leur garde à vue, les quatre braqueurs âgés de 22, 23 et 24 ans, connus pour des violences volontaires, du trafic de drogue et des délits routiers -dont le plus jeune a été condamné à de multiples reprises quand il était mineur- ont farouchement nié toute implication, expliquant que les policiers faisaient erreur.

Deux autres hold up

Ils ont été mis en examen jeudi 31 janvier par un juge d’instruction : trois ont été écroués, le quatrième a été placé sous contrôle judiciaire. Les investigations se poursuivent au SRPJ de Montpellier, saisis notamment de deux hold up avec séquestration commis selon un même mode opératoire, l’été dernier et tout récemment au préjudice du Lidl implanté près de la cité Saint-Martin, dans le quartier des Près-d’Arènes. Lors du dernier hold up, les employés de la Brink’s avaient été braqués à l’ouverture matinale de ce supermarché discount.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *