Drame de Pérols : il n’a pas supporté que sa femme parte dans un centre d’Alzheimer

Comme Métropolitain l’a évoqué ici, ce matin, un retraité de 84 ans est soupçonné d’avoir donné la mort à sa femme, âgée de 81 ans, vendredi soir, dans le huis clos du pavillon du couple, à Pérols, au sud de Montpellier.

L’octogénaire a ensuite avalé un stock important de médicaments avec l’intention de rejoindre son épouse qui souffrait de la maladie d’Alzheimer, comme il l’a déclaré aux policiers de la sûreté départementale de l’Hérault, chargés de cette enquête, qui ont eu l’aval des médecins pour l’entendre sommairement sur son lit du CHU Lapeyronie, où il a été hospitalisé. Il est hors de danger.

Strangulation

Aux enquêteurs, il a confirmé qu’il avait étranglé son épouse, avant de vouloir mourir à son tour. Ses aveux sur les causes du décès sont corroborés par les constatations du médecin légiste venu sur place, vendredi vers 22h30. Des traces suspectes ont été relevées autour du cou de la victime. L’autopsie qui sera pratiquée en début de semaine à l’institut médico-légal du CHU Lapeyronie, à Montpellier devrait confirmer ce décès par strangulation.

L’octogénaire a expliqué son geste irréparable par le fait qu’il ne supportait pas la décision récente de confier sa femme dans un centre adapté des malades d’Alzheimer, après une aggravation de son état de santé. Le couple était très fusionnel, inséparable et l’idée de savoir que le mari allait se retrouver seul dans quelques jours dans le pavillon de Pérols a précipité ce geste terrible.

La maladie d’Alzheimer est neurodégénérative -perte progressive de neurones- incurable du tissu cérébral, qui entraîne la perte progressive et irréversible des fonctions mentales et notamment de la mémoire. C’est la cause la plus fréquente de démence chez l’être humain.

Nouvelles révélations : une bactérie buccale

Ce drame survient trois jours après des révélations de la très sérieuse revue Science Advances, qui assure qu’une bactérie à l’origine d’inflammations buccales pourrait jouer un rôle dans l’apparition de la maladie d’Alzheimer. En somme, une simple bactérie buccale ferait des ravages au niveau de la santé.

Une équipe de chercheurs américains a, en effet identifié dans le cerveau de patients décédés, atteint d’Alzheimer des traces d’une bactérie à l’origine de la parodontite chronique, une inflammation qui détruit les gencives et les os porteurs des dents.

5 Comments

  1. Quand on a été aidant familial très proche, qu’on s’est battus dans un ehpad qui relève plus de l’incompétence, de la mise en danger, voire de la maltraitante institutionnelle, on peut comprendre ce geste d’amour…. Toutes mes pensées pour ses deux destins brisés.. Pas de jugement à porter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *