Frontignan : autopsie après le mystérieux décès d’un agent de sécurité

Métropolitain a évoqué ici dès dimanche matin le décès en scooter d’un agent de sécurité de 29 ans, domicilié à Balaruc-les-Bains, retrouvé mort à 6h par un automobiliste sur la RD 612, sur la commune de Frontignan. Dans un premier temps, l’accident avait été signalé dans la commune de Vic-la-Gardiole. Une mort mystérieuse.

Une autopsie a été ordonnée par le parquet de Montpellier, après le décès de cet habitant de Balaruc-les-Bains qui se rendait en scooter à son travail, dans une société de protection de Montpellier, comme agent de sécurité. Elle sera pratiquée ce mardi à l’Institut médico-légal du CHU Lapeyronie, à Montpellier.

« Les circonstances de ce décès nous interpellent, la victime a été retrouvée allongée sur le dos en arrêt cardio-respiratoire, avec son scooter accidenté, en petits morceaux, pratiquement pulvérisé dans le décor, à plusieurs dizaines de mètres du corps. Il n’a pas pu être réanimé », explique à Métropolitain une source proche de l’enquête.

Scooter immobilisé sur une ligne droite

Le scooter a t-il été retrouvé en débris après une perte de contrôle, d’un emballement brutal du moteur ou d’un violent choc avec un véhicule, dont le conducteur a pris la fuite ? Les constatations des policiers de la Sécurité publique du commissariat de la circonscription de Sète-Frontignan sont curieuses, selon nos informations.

Il aurait été établi que l’agent de sécurité avait immobilisé son scooter en bordure de la longue ligne droite qui longe les étangs de Frontignan, à proximité du rond-point accédant aux quartiers Est de Frontignan, après le rond-point du Barnier et alors qu’il était debout, il aurait basculé en arrière pour chuter lourdement sur le bitume, tandis que son deux-roues à moteur était expulsé, moteur tournant, à plusieurs dizaines de mètres, où il s’est disloqué.

Expertise technique

Aucune hypothèse n’est privilégiée ce lundi par les policiers. L’autopsie demain le éclairera sur la cause du décès -une crise cardiaque n’est pas exclue- et une expertise technique pointue va être menée sur les restes du scooter, placé sous scellé judiciaire. Les traces de choc qui vont être analysées détermineront si le véhicule d’un tiers a percuté l’engin. L’agent de sécurité ne présentait pas de marques sanglantes sur son corps, ni sur ses vêtements, ce qui constitue également un autre aspect mystérieux concernant les circonstances de ce décès.

Les enquêteurs ont saisi les bandes des caméras de vidéosurveillance installées sur le trajet accompli par l’agent de sécurité depuis le départ matinal de son domicile de Balaruc-les-Bains jusqu’à la découverte macabre, à Frontignan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *