Philippe Augé, réélu président de l’Université de Montpellier

Président de l’UM depuis sa création en 2015, Philippe Augé a été réélu ce lundi 7 janvier à la tête de l’établissement par le Conseil d’administration pour un nouveau mandat de 4 ans.

Il était le seul candidat à la présidence ! Du coup, le président sortant de l’UM, Philippe Augé (51 ans, professeur de droit public spécialiste en droit fiscal, procédures fiscales et finances publiques) a été réélu avec 31 voix sur les 36 que compte le Conseil d’administration de l’établissement… Une élection dont l’issue s’est dessinée en fait en novembre dernier : les listes qui soutenaient le président ont alors obtenu 13 des 16 sièges des collèges enseignants-chercheurs, enseignants et chercheurs.

Un chantier, le rapprochement des universités

Cette réélection va permettre à Philippe Augé de travailler à un dossier sensible : le rapprochement entre les universités de Montpellier, Nîmes et Perpignan. Le président de l’UM expliquait encore à Métropolitain il y 3 jours sa volonté de sortir de la ComUE Languedoc-Roussillon, créée en 2014, pour intégrer un autre cadre plus souple afin d’avancer plus efficacement à ce rapprochement. Les présidents des universités de l’Ex-Languedoc-Roussillon souhaitent profiter d’une nouvelle ordonnance publiée par l’État fin décembre pour instaurer de nouvelles dispositions de coopération entre leurs établissements.

Des discussions à venir avec la Région

« L’une d’entre elles, dénommée « rapprochement d’établissement » est apparue aux quatre présidents d’universités comme particulièrement intéressante puisqu’elle préserve l’autonomie de chaque partenaire, sans hiérarchie entre eux, tout en faisant l’économie d’une structure aussi rigide qu’une ComUE » précise le communiqué signé par les présidents Fabrice Lorente (Perpignan), Philippe Augé (Montpellier), Patrice Gilli (Montpellier III) et Emmanuel Roux (Nîmes) qui précisent que « des discussions seront également lancées avec les autres acteurs de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation sur notre territoire, en particulier la collectivité régionale ». Leurs propositions seront ensuite présentées dans les prochaines semaines…

Pour un rapprochement effectif des universités

Si l’articulation du projet est encore à trouver, Fabrice Lorente (Perpignan), Philippe Augé (Montpellier), Patrice Gilli (Montpellier III) et Emmanuel Roux (Nîmes) s’accordent sur son sens et entendent présenter « ni nouvelle fusion, ni maintien d’une super structure de type ComUE, devenue largement obsolète à l’échelle du pays tout entier, mais un rapprochement effectif entre des universités qui demeurent autonomes ».


L’Université de Montpellier en chiffres

– Création en 2015 de l’UM, née de la fusion des Universités Montpellier 1 et 2
– Labellisée projet I-SITE « Montpellier Université d’excellence » (MUSE)
– 1ère place mondiale en écologie au classement thématique de Shanghai
– Top 300 mondial au classement général de Shanghai
– 1ère université française dans le classement Reuters des universités les plus innovantes
– 48 000 étudiants et 4800 agents
– plus de 800 formations (sciences, technologies, santé, droit, économie, gestion)
– 16 UFR, écoles et instituts, 78 structures de recherche réparties en 9 départements scientifiques
– 400 M€ de budget

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *