CES Las Vegas 2019 : avec Koovea, Wefight et Smices

Pour le CES -Consumer Electronics Show- de Las Vegas du 8 au 12 janvier, plus grand rendez-vous international dédié à l’innovation numérique, la Région Occitanie emmène 45 jeunes entreprises, dont 13 startups héraultaises. Métropolitain vous présente ces startups sélectionnées par la Région qui profiteront du grand rendez-vous dans la capitale du jeu pour tenter leur chance à l’international.

Koovea, pas en froid avec les médicaments

Soutenue par l’Ecole des Mines d’Alès, la start-up Koovée, fondée en novembre 2015 par trois ingénieurs aux compétences complémentaires (John Aldon, Adrien Content et Yohann Caboni), est spécialisée dans la surveillance de la chaîne du froid des médicaments dit « thermosensibles ».

Une précision de 0,1 degré 

La start-up gardoise propose une offre innovante et complète de suivi de température en temps réel des produits dans le monde entier « avec une précision de 0,1 degré », affirment les cofondateurs qui ont mis au point des capteurs et boîtiers de transmission des données pour les transports, le stockage en entrepôts mais aussi pour le suivi des médicament individuels sensibles.

Déjà un Award au CES en 2017

De quoi permettre à Koovea de devenir une référence en matière de packaging intelligent pour les produits médicamenteux. La start-up semble bien partie pour cela : en 2017, au CES de Las Vegas, la jeune pousse s’est distinguée en décrochant un Award. Elle revient dans le Nevada pour rappeler que l’enjeu est devenu planétaire : en 2017, la mauvaise conservation des produits pendant la phase de transport a généré une perte mondiale de 35 Md€.

Wefight, assistant virtuel pour maladies chroniques

C’est un retour aux sources… Benoît Brouard, pharmacien hospitalier, a rejoint l’AP-HP après ses études à Montpellier avant de soutenir une thèse articulée sur l’aide que peut apporter le numérique aux malades chroniques. Puis il fonde à Paris, en février 2017, la start-up Wefight avec l’ingénieur Pierre Nectoux…

En janvier 2018, les deux associés s’installent à Montpellier.

Un chatbot qui développe des solutions d’accompagnement pour les malades


Vik, premier chatbot sur la cancer du sein

Dans l’Hérault, Wefight, accompagnée par le BIC et l’Institut du Cerveau et de la mœlle épinière de La Pitié-Salpêtrière, a lancé une première version de son chatbot sur le cancer du sein, Vik-Sein, qui dépasse aujourd’hui les 5 000 utilisateurs. Wefight a associé les technologies de reconnaissance du langage naturel et du machine learning pour créer cet outil numérique perçu comme un véritable « carnet de suivi » pour le patient.

Développer des solutions compagnons

L’offre sera régulièrement complétée (de nouveaux agents conversationnels sur la dépression et l’asthme sont désormais accessibles) : « Wefight veut intervenir globalement sur les maladies chroniques et travaille sur des solutions compagnon », rappelle annonce Benoît Brouard : « Nous travaillons pour cela sur la reconnaissance vocale ».

La start-up a décroché deux aides de la Région Occitanie cette année (un Contrat innovation et une aide Start’Oc) et prévoit une levée de fonds entre 500’000 et 800’000 euros.

Smices, un dispositif innovant pour la coelioscopie

Après avoir été accompagné par l’IMT d’Ales, SMICES (pour Smart Medical Devices) est désormais incubé au BIC depuis cet été, tout en étant soutenu par le programme « Invest in Biomed » du pôlr de compétitivité EUROBIOMED. Cette start-up du secteur de la santé veut devenir un acteur incontournable sur le marché des dispositifs médicaux dédiés à la chirurgie sous coelioscopie.

Le dispositif MedCam développé par Smices Surgical sera commercialisé en 2020

Un nouveau dispositif médical

SMICES porte un projet reconnu pour son aspect innovant qui lui a permis de décrocher plusieurs prix, dont en 2017 celui des concours Pépite Languedoc Roussillon et Pépite France. Clément Labiche, ingénieur et fondateur de Smices Surgical (une dizaine de salariés) s’est lancé dans le développement d’un nouveau dispositif médical : une capsule adaptable aux trocarts, pour faciliter la vie aux chirurgiens qui opèrent sous cœlioscopie.

Sur le marché à l’horizon 2020

Concrètement, ce dispositif médical à usage unique, a pour vocation de nettoyer efficacement l’optique des praticiens lors d’une intervention en cœlioscopie, sans interrompre le geste chirurgical. « Notre solution devrait être lancée sur le marché à l’horizon 2020 », annonce le dirigeant-fondateur.

Smices prévoit de lever 5 M€ pour passer plusieurs étapes (industrialisation, certification, études cliniques) avant une commercialisation en France en 2020 puis à l’international d’ici 2023.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *