Hérault : huîtres et muscats, rois des fêtes de fin d’année

Charnue et fondante, mariant saveurs iodées et subtils arômes de noisette, l’huître du bassin de Thau saura, au même titre que les muscats de l’Hérault, faire de vos tables de fêtes des espaces, non seulement de convivialité et de partage, mais également de découvertes gustatives. Une alliance de circonstance qui nous invite à plonger dans les coulisses de deux mondes bien distincts mais finalement fortement liés. Rencontre avec Audrey Imbert et Yvon Pellet, deux conseillers départementaux dont les actions au quotidien permettent la sauvegarde et le soutien de ces saveurs de l’Hérault. 

Premier défenseur et promoteur des producteurs locaux, le Département de l’Hérault a voulu, et ce  malgré le transfert de compétences, garder une proximité avec les professionnels de la viticulture et de l’agriculture en les accompagnant au quotidien dans leur quête d’excellence. Une mission que Kléber Mesquida, son président, a confié à ses conseillers : Audrey Imbert et Yvon Pellet, deux acteurs proches des agriculteurs par leurs métiers et leurs passions et qui s’investissent, jour après jour, pour soutenir les producteurs d’huîtres et de muscat.

Pour cela, et avec l’aide de la Région Occitanie, ils déploient de nombreuses actions afin que la viticulture et la conchyliculture, secteurs créateurs de valeurs ajoutées économiques et gustatives, perdurent. Des produits qui font la notoriété de l’Hérault dans le monde entier et qu’ils nous invitent à déguster en famille ou entre amis. Alliances parfaites entre saveurs marines et fruits gorgés de soleil, huîtres du bassin de Thau et muscats de Noël sauront ravir vos papilles et celles de vos proches.   

Séduisant par l’exotisme de ses arômes, le muscat blanc à petit grains héraultais est un cépage méditerranéen par excellence, qui a su s’adapter à un terroir très varié. Quant à l’huître du Bassin de Thau, à la fois charnue et fondante, elle a su s’imposer auprès de grands chefs gastronomiques pour ses saveurs iodées et ses subtils arômes de noisette. Deux mets pour une seule quête, celle de la qualité.

AUDREY IMBERT
Conseillère départementale en charge de la conchyliculture et de la pêche, membre de la Commission permanente.

« Nous disposons, dans l’Hérault, d’un littoral qui génère de multiples activités économiques : le tourisme, la pêche et la conchyliculture en mer et en étang ainsi que les activités portuaires. Constituant la plus grosse zone conchylicole de la Méditerranée, le bassin de Thau, et sa façade maritime, fait partie de nos priorités. Pour soutenir son développement, nous nous sommes dotés d’un schéma de développement des ports départementaux et des filières maritimes. Ce document, mis en place en 2018, s’inscrit dans le projet Hérault Littoral engagé par le Département et constitue une véritable feuille de route pour notre politique maritime jusqu’en 2021. Malgré la loi NOTRe qui donnait la possibilité à d’autres collectivités de candidater sur cette compétence, nous avons souhaité continuer à gérer les ports. Le Département reste donc propriétaire de huit ports dont quatre professionnels et quatre mixtes. Ces huit ports départementaux structurent le territoire, notamment autour de la lagune de Thau, lieu majeur pour la pêche et la conchyliculture. Cette dernière occupe une place primordiale dans l’économie maritime et agricole de l’Hérault (450 entreprises et 2 000 emplois)et façonne depuis près d’un siècle le paysage littoral et les lagunes. L’huître du bassin de Thau est pour nous un challenge de tous les jours pour lequel nous œuvrons à travers plusieurs actions : aides financières, prélèvements et analyses des coquillages, dragage des ports, mutualisation des équipements… ». 

YVON PELLET
Conseiller départemental en charge de la viticulture et de l’Observatoire viticole.

« Nous avons décidé de mettre en avant l’accord huître – muscat, car c’est un accord que nous avons testé et qui fonctionne bien. D’ailleurs, le sommelier Thierry Boyer a accepté de nous livrer quelques secrets d’accords inattendus : poêlée de couteaux ou tellines déglacée au muscat et accompagnée d’un muscat de Noël, caille aux raisins et au muscat, poêlée de foie de veau avec réduction de muscat… des idées de recettes pour mettre sur les tables le soir du réveillon. Le muscat fait non seulement la notoriété de l’Hérault dans le monde entier mais il fait vivre de nombreux viticulteurs. Avec Saint-Jean-de-Minervois, Frontignan, Lunel et Mireval, le Département de l’Hérault abrite quatre des sept appellations muscat en France. Qu’il soit sec, moelleux, de Lunel ou de Frontignan… Nous nous engageons auprès des professionnels de la viticulture et de l’agriculture pour accompagner et protéger leur profession et leurs productions. Pour cela, nous avons notamment mis en place plusieurs actions en partenariats avec la Chambre d’agriculture, les interprofessions et syndicats viticoles, ou encore le CIVAM Bio. Pour exemple, je citerai les 2 M€ votés en 2018 pour accompagner les viticulteurs victimes de gel et de sécheresse, le soutien apporté à la biodiversité, la mise en place du schéma d’irrigation ou encore la mise en avant de circuits œnotouristiques avec l’Œnotour de l’Hérault… ».  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *