Hérault : les casseurs sont des zadistes mêlés aux Gilets Jaunes

Un rapport de la Région de gendarmerie d’Occitanie révèle que les casseurs qui vandalisent, notamment par des incendies, des infrastructures sur le réseau autoroutier de l’A9 dans l’Hérault, l’Aude et les Pyrénées-Orientales sont des zadistes.

Selon des renseignements recueillis depuis le 17 novembre dernier par des gendarmes de l’Hérault, de l’Aude et des Pyrénées-Orientales, des zadistes ayant notamment occupé la colline de La Rébès, dans le quartier des Cévennes, à Montpellier ont été identifiés parmi les commandos qui ont notamment frappé les gares de péage d’Agde, sur la commune de Bessan, ainsi que dans le rond-point de la Méridienne, à Villeneuve-lès-Béziers, où de cocktails Molotov ont été lancé vers des policiers nationaux.

Parmi ces zadistes usant de provocations et de violences envers les forces de l’ordre se trouveraient également des membres ou ex-adhérents de collectifs qui squattent des lieux et des bâtiments de la Ville de Montpellier.

Saccages à Narbonne

Des zadistes mêlés à des Gilets Jaunes qu’ils ont réussis à infiltrer auraient également opéré sur le site de Croix Sud, à Narbonne pour saccager les bâtiments des gendarmes du peloton d’autoroute et de Vinci Autoroutes. Ils ont été incendiés, ainsi que les véhicules d’intervention, avant de mettre à sac et de brûler les cabines du péage. Les investigations des gendarmes de la section de recherches de Montpellier progressent.

À Las Rébès, à Montpellier, les zadistes ont déserté la colline depuis 2016, après une occupation jour et nuit durant cinq mois d’un terrain, propriété d’ACM-Habitat, voué à accueillir des constructions de logements sociaux. Une discorde avec certains habitants du quartier, et le viol collectif d’une femme de 19 ans en contrebas de l’espace vert, par des individus extérieurs à la Zad, ont fait voler ce combat en éclat : le maire et président de la métropole de Montpellier, Philippe Saurel, par ailleurs président du bailleur social avait prié la préfecture de faire évacuer la zone occupée illégalement au plus vite.

MÉTROPOLITAIN@myMetropolitain

VIDEO – @saurel2014 demande l’expulsion des occupants de la de Las Rébès http://www.voussaveztout.com/actu_video-philippe-saurel-demande-l-expulsion-des-occupants-de-la-zad-de-las-rebes.html 

Qui sont les zadistes ?

Le rapport d’experts remis au gouvernement après l’occupation du site de l’ancien projet d’implantation d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes insiste sur la très grande diversité de profils de ceux et celle de la Zad : des agriculteurs « historiques » du bocage nantais, parfois éleveurs de père en fils et qui possèdent une partie des terres occupées, mais aussi des « néo-ruraux », venus des villes et villages alentours ou de plus loin, ainsi que des militants anticapitalistes, écologistes ou altermondialistes.

D’âge et de milieux sociaux très variés, ils ont aussi suivi des parcours parfois radicalement différents : certains ont eu une scolarité chaotique, « ont connu la rue ou la prison, tandis que d’autres ont fait de hautes études, Polytechnique, l’EHESS, ou Saint-Cyr », expliquent eux-mêmes les zadistes.

Ce sont les mêmes profils, avec également des étudiants montpelliérains, qui sont répertoriés dans l’Hérault. 

1 Comment

  1. il serait fort souhaitable que ses individus récalcitrants identifiés soit sanctionnés judiciairement (pour la plupart non imposables), alors que nos concitoyens vont devoir subir la Hausse de diverses taxes (augmentation des péages) et impôts pour réparer les dégâts occasionnés qui se chiffrent à plusieurs millions d’euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *