Montpellier : 25 camions de forains « sauvages » et les produits saisis

Depuis ces dernières semaines, les forains des halles des 4 Saisons, situées dans le quartier de la Mosson-la Paillade, à Montpellier se plaignaient d’une concurrence importante et déloyale, avec l’installation d’autres marchands sans aucune autorisation, carrément sur le parking mitoyen.

La Ville de Montpellier a été alertée de ces ventes à la sauvette de nombreux produits : fruits et légumes, dattes, pain etc., dans des cagettes et des cartons à même le sol. Des contrôles régulièrement opérés n’ont pas dissuadé les forains clandestins, qui sont donc revenus hier matin.

Dix équipages de police municipale

Ce samedi matin en effet, quelque 25 camions ont encore débarqué avec plusieurs tonnes de marchandises à vendre. La police municipale de Montpellier informée et très rapidement sur place avec dix équipages a été confrontée de nouveau au refus des vendeurs illégaux de quitter les lieux. Ils occupaient les parkings réservés aux clients des halles des 4 Saisons, qui ne pouvaient pas stationner pour aller faire leurs emplettes dans le bâtiment réhabilité et rouvert récemment.

Plus grave, un des vendeurs « sauvages » n’a pas hésité à insulter, outragé et menacé des policiers municipaux. Pire aux yeux des étaliers en colère, ces vendeurs « sauvages » détournaient une importante clientèle.

Les doléances des étaliers, via le Syndicat des forains des halles et des marchés de l’Hérault, présidé par Jean-Pierre Touchat ont été prises en compte à la mairie, notamment par Brigitte Roussel-Galiana, l’adjointe de Philippe Saurel en charge du commerce et de l’artisanat pour une opération urgente. Elle a été menée dès hier matin avec de grands moyens déployés.

Deux grandes bennes

Deux grandes bennes de la société Nicollin ont été requises illico. Tous les produits ont été confisqués et jetés dans les bennes, tandis que les 25 camions ont été saisis. Les jours précédents, lors des occupations récurrentes devant les halles des 4 Saisons, dont les étaliers sont en règle et payent leurs emplacements, contrairement à ces vendeurs « sauvages », des tonnes de cagettes, de cartons et des invendus avaient été abandonnés et éparpillés sur de nombreux parkings et sur les berges du fleuve, la Mosson, ce qui avait obligé les services de la mairie à tout nettoyer.

Une enquête judiciaire est en cours pour déterminer comment et avec quelle (s) complicité (s) locale (s) dans la cité, ces vendeurs à la sauvette venus d’Espagne, semble t-il, ont eu l’idée de venir s’installer sur le parking réservé à la halle des 4 Saisons.

De nombreux clients détournés à la Mosson. Photo Métropolitain.
Vendeurs à la sauvette à la Mosson, ce samedi. Photo Métropolitain.
Fruits et légumes vendus sans autorisation, samedi matin. Photo Métropolitain.

13 Comments

  1. C’est stupide d’avoir détruit ces marchandises, il aurait mieux valu les distribuer aux assos comme secours populaire, rertos du cœur…. Navrant de voir cette bêtise en période de ‘gilets jaunes’

    1. Non ce n’ est pas si stupide.
      Qui dit vendeur a la sauvette venu d on ne sais où dit aucun contrôle sanitaire. Les denrées alimentaires sont susceptibles de ne pas respecter les normes françaises ou européenne en terme pesticides, de conditionnement, de chaîne de froid… Donner aux assos c est bien mais empoisonner littéralement les gens, étrangement je suis moins d accord

      Et des contrôles prendraient du temps et un montant phénoménal d’argent public 😉

    2. D’accord avec Rémy,
      ce peut être dangereux de donner à des assos tout comme çà l’ai de les vendre à la sauvette !
      même si bcp de gens sont en manque d’aliments comestibles.

  2. C’est une honte pour la commune de Montpellier de faire appel à la Sté nicollin pour des produits comestibles et non pas aux œuvres caritatives restos de cœur secours populaires ce élus planent beaucoup trop haut et ne vivent pas sur la planète Terre ! Affligeant !

  3. Belle prise! Mais pourquoi mettre à la benne. Les restos du coeur, la banque alimentaire et toutes les autres associations qui oeuvrent sur Montpellier auraient sûrement étaient très heureuses d’un tel cadeau.

  4. Bien fait. Et ces crétins qui veulent donner cette marchandise aux restos du coeur, il faut leur dire sue ces denrées n’ont aucune traçabilité, et les abdos ne sont pas des poubelles dans lesquelles on jette les ordures venus d’ailleurs.
    Quant on connaît pas in se la ferme.
    Et chapeau à la mairie, il faut nettoyer ces parasites.

    1. Bonjour c est un cretin qui te repond. Alors pour la traçabilité des produits je ne suis pas sur que tous les produits que l on achète a prix discount soient de meilleure qualité que les produits qui sont partis a la benne. Vu le nombre de gilets jaunes je pense que beaucoup en sont rendus ni a manger a leur faim ni a manger des produits de qualité. En ce qui concerne les parasites je me demande qui peux tu bien être pour parler ainsi.

  5. Sacher qu’une grande partie des produits on êtes redistribuer a Montpellier gratuitement !a Montpellier on ne gaspillés pas du moins on essai!

  6. Vu le contexte économique actuel, j’ai envie de dire que c’est une honte ! Ces gens gagnent leur vie comme ils le peuvent, leurs clients survivent comme ils le peuvent … mais le gouvernement non content de récupérer sa TVA continue de les enterrer plus bas que terre … quel belle initiative pour rebooster l’économie du pays , vraiment « Chapeau bas ! « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *