Le voyage devait durer à peine plus de 3 h. « Ce retard a résulté d’une succession de pannes et d’incidents », a indiqué la SNCF samedi soir. Ce TGV Ouigo a dans un premier temps été ralenti par la panne d’un autre train, immobilisé un peu plus loin sur la même ligne. Puis, un problème technique es survenu, qui l’a contraint a rouler à 160 km/h au lieu des 320 km/h habituels à pleine vitesse sur les tronçons. Un enchaînement rare dans les annales, selon la SNCF.

Solution rapide pour rejoindre le centre-ville

Dès l’arrivée du TGV Ouigo à Montpellier, la SNCF assure avoir pris la mesure de la gravité de la situation : « Nous avons aussitôt contacté la TaM pour proposer aux passagers une solution rapide pour rejoindre le centre-ville ».

Près de 48 heures après cette galère inoubliable, la colère de Sabrina est loin d’être apaisée depuis la réception du mail. Elle va remuer ciel et terre pour se faire rembourser l’intégralité des trois billets. Et elle n’est pas la seule à demander des comptes à la SNCF.