Parfum : Arthur Dupuy lance « Eau de Montpellier »

Vous êtes au parfum ? La start-up montpelliéraine Arthur Dupuy, créée en 2015 et spécialisée dans la création de parfum identitaire sur-mesure, vient de lancer la marque de parfum Eau de Montpellier.

Après s’être distinguée en créant un parfum pour le tramway et, plus récemment, pour l’Arbre Blanc, la jeune entreprise hébergée à l’Institut des Biomolécules Max Rousseron de l’Université de Montpellier-CNRS-ENCM et au Village By CA a développé une gamme de senteurs d’intérieur baptisée « Eau de Montpellier », composée de dix fragrances proposées sous forme de spray ou de bougies : « Notre métier consiste à traduire une marque ou un logo visuel en langage olfactif, ou LOGOLF », explique Arthur Dupuy, fondateur de la start-up éponyme.

10 paysages pour 10 parfums

« Nous avons lancé Eau de Montpellier début décembre : les dix fragrances, aussi singulières les unes que les autres, font écho à dix paysages qui symbolisent Montpellier, ville méditerranéenne qui relie la mer, le bleu du ciel, les collines de garrigue, le patrimoine et l’architecture », explique le dirigeant qui entend également faire revivre un pan méconnu de l’histoire de la ville.

Arthur Dupuy, fondateur et patron de la start-up éponyme, lance le parfum de Montpellier

L’histoire de Montpellier révélée

« Dès le Moyen-Age, en effet, Montpellier a tissé des liens avec les comptoirs d’un Orient mystérieux, pourvoyeur de matières odoriférantes… Notre gamme Eau de Montpellier s’inscrit dans cette histoire, celle des médecins, des apothicaires et des marchands, si intimement lié à celle des parfums qui ont fait au Moyen Âge la réputation de la ville, bien avant la popularité de Grasse et de ses plantes à parfum ».

Des songes olfactifs

Basilisca, Nubes, Rines Nigrum, Rosarium, Citrus Paradisi, Langurium : ce n’est pas un cours de latin, mais les fragrances utilisées par Arthur Dupuy, « autant de songes olfactifs qui se réveillent à la lueur de la flamme ou de quelques nuages parfumés », illustre le dirigeant, évoquant la légèreté de la fragrance Basilisca, à base d’agrumes, ou celle plus capiteuse de la Ribes Nigrum, dominée par les notes de fruits rouges.

En attendant les cosmétiques ?

Et si Arthur Dupuy n’en restait pas la ? Le dirigeant, qui a du nez, a sans doute repéré une autre niche… Et n’exclut pas de lancer bientôt, dans le prolongement des fragrances d’Eau de Montpellier, une gamme de produits cosmétiques.

Collection Privée Eau de Montpellier

Deux points de vente : Pharmacie de l’Écusson (rue Saint-Guilhem) et boutique Agnès b. (rue Foch) du 5 au 31 décembre.
Bougie parfumée : 49 €.
Spray d’ambiance : 29 €.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *