Prison de Villeneuve-lès-Maguelone : deux gardiens blesssés

Deux gardiens du centre pénitentiaire de Villeneuve-lès-Maguelone, au sud de Montpellier ont été légèrement blessés samedi après-midi en intervenant pour stopper une bagarre entre huit mineurs.

Détenus dans le quartier des mineurs de cet établissement, les adolescents en sont venus aux mains dans le couloir, alors qu’ils venaient de quitter leurs cellules pour se rendre dans la cour de promenade. Le temps que des renforts arrivent, les deux surveillants ont reçus des coup en voulant séparer les mineurs.

Récemment, un incident similaire s’est produit et un gardien avait été frappé au visage par un jeune détenu. Ce mardi, le syndicat FO-Pénitentiaire de la prison confirme ces faits. Son secrétaire, Étienne de Sinno dénonce « une montée de la violence dans le quartier de mineurs, dont sont victimes les agents ».

Surpopulation

Le responsable syndical révèle que, « FO-Pénitentiaire vient de demander au directeur l’urgence de diminuer les effectifs dans ce quartier des mineurs sensible, en surpopulation récurrente. Les surveillants affectés à ce quartier du centre pénitentiaire de Villeneuve-lès-Maguelone ne peuvent plus supporter cette violence au quotidien qui met à mal toute la dimension humaine dans le rapport conjoncturel avec les détenus ».

Étienne de Sinno déplore que, « Les demandes de transfert de détenus vers d’autres prisons auprès de la direction interrégionale de l’administration pénitentiaire de Toulouse restent lettre morte. La direction interrégionale est incapable, par ailleurs d’élaborer un plan d’action pénale dissuasif pour prévenir et réprimer toutes les violences sur le personnel qui en fait les frais ».

« Tous les incidents pris en compte »

Les deux gardiens blessés ont déposé plainte auprès de la gendarmerie. Une enquête est en cours. « Nous prenons systématiquement en compte tous les incidents qui font l’objet d’un signalement auprès du parquet. La brigade de gendarmerie de Villeneuve-lès-Maguelone qui dépend de la compagnie de Castelnau-le-Lez possède une unité chargée de gérer le centre pénitentiaire. Chaque signalement et chaque plainte sont rapidement  traités, avec l’audition des membres de la direction, de chefs pénitentiaires, des agents, de détenus etc. », souligne Christophe Barret, le procureur de la République de Montpellier.

2 Comments

  1. La violence la plus insupportable c’est de mettre en prison des mineurs. Sans compter ceux dont le seul délit est d’avoir soit disant triché sur leur âge pour bénéficier de la protection de l’ASE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *