Vauvert : un bébé et son « père » tués par balles, la mère hospitalisée

Le mystère reste entier ce mardi soir, après la découverte d’un bébé de 15 mois et de son père présumé de 41 ans tués par balles, dans l’appartement familial de la rue Louise Désir, à deux pas du centre-ville de Vauvert, dans le Gard. Quand les premiers secouristes sont arrivés sur place, alertés par des voisins ayant entendu des détonations, ils ont retrouvé le bébé mort dans les bras de la mère, prostrée, en état de choc.

Elle a été hospitalisée et n’a pu être entendue que très sommairement. A t-elle donné des détails aux enquêteurs et au procureur de la République de Nîmes, Eric Maurel qui supervise les investigations en crime flagrant ?

Autopsies ce mercredi

Dans la même pièce gisait le quadragénaire qui ne serait peut-être pas le père finalement, mais le concubin de la mère -aucune confirmation officielle n’est apportée ce soir-, également abattu à bout portant d’au moins un coup de feu. Une arme à feu, une carabine, aurait été saisie sur la « scène de crime » par les techniciens en identification criminelle du groupement de gendarmerie du Gard, les gendarmes scientifiques qui ont collecté tous les indices

L’autopsie des deux corps sera réalisée ce mercredi à l’Institut médico-légal du CHU Carémeau, à Nîmes. Elle permettra d’éclaircir des zones d’ombre qui entourent cette affaire criminelle. Et de confirmer ou d’infirmer une hypothèse qui serait privilégiée ce soir : le concubin de la mère aurait tué le bébé sous ses yeux, peut-être lors d’une dispute, avant de se suicider…

Huis clos sanglant

Selon nos informations, c’est la version qu’aurait donnée brièvement la mère, quand elle a pu être entendue, avant d’être hospitalisée. Une version que les gendarmes de la section de recherches de Nîmes et de la brigade de recherches de la compagnie de Vauvert vont devoir étayer, avec le précieux concours des médecins légistes.

Que s’est-il réellement passé dans ce huis clos ? C’est le mystère pour l’heure. Le couple et son bébé se sont récemment installés à Vauvert, selon les premiers éléments de l’enquête.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *