Montpellier : un juge ordonne l’évacuation d’un squat de 90 réfugiés

Le squat dit du Château situé dans un bâtiment sur site de la SNCF, sur le boulevard Vieussens, derrière la gare Saint-Roch et la place Rodelet, devrait être évacué rapidement, comme vient de l’ordonner mardi un juge de l’exécution du tribunal de grande instance de Montpellier. Il a rejeté le sursis demandé par l’avocate des 90 sans abri, des réfugiés demandeurs d’asile en majorité et de l’association Solidarité Partages.

Même si c’est la trêve hivernale, les expulsions des squats y échappent, seuls les habitations sont, en effet concernées. L’expulsion des squatters du Château devrait donc être rapidement exécutée par les forces de police, en application du jugement de mardi. Reste que l’association Solidarité Partages va faire appel. Et que fin octobre dernier, la préfecture a promis qu’il n’y aurait pas pas d’expulsion avant le mois de mars 2019.

Site à l’abandon

Abandonnés depuis une vingtaine d’années, le terrain et la bâtisse appartiennent à la SNCF. Depuis un an, l’association Solidarité Partages aident les squatters. L’association propose aide et hébergement aux demandeurs d’asile qui se retrouvent SDF.

Le 21 mars dernier, le tribunal administratif de Montpellier avait accordé un délai de six mois avant une expulsion. En octobre dernier, un avis d’expulsion a été remis par un huissier de justice aux réfugiés. Le juge de l’exécution a été saisi et s’est donc prononcé mardi. Il relève notamment que les lieux qui servent de logements sont vétustes et qu’ils menacent même de s’effondrer. Le récent drame de Marseille -huit mort dans trois vieux immeubles effondrés- provoque des vagues dans les palais de justice.

Centres d’accueil saturés

Pour l’association Solidarité Partages, le Château est pourtant un lieu vital pour ces sans abri. Et l’avocate assure que le site a été sécurisé. Elle a plaidé devant le juge de l’exécution la défaillance de l’État qui a l’obligation de trouver des hébergement décents aux demandeurs d’asile. Il est une réalité, à Montpellier : les centres d’accueil sont saturés. Avec l’arrivée du froid et de la pluie, ce 90 réfugiés ne peuvent pas être abandonnés.

4 Comments

  1. Bonjour, pouvez-vous donner les coordonnées de l’association en question s’il vous plaît ? Je n’ai pas trouvé sur le net. Merci d’avance.

  2. ce ne sont pas les structures d’accueil qui sont saturés , ceux sont eux qui sont trop nombreux , tant que les assos qui les aident avec nos subventions perdureront l’effet « aspirateur » continuera

  3. Un pays qui reçoit des quantités d’étrangers devrait avoir l’honneur de les recevoir avec dignité en leur offrant un travail et un toit ce que la France n’est plus à même de faire pour ses ressortissants. 6.000.000 de chômeurs sans compter les petits contrats qui ne gagnent pas même de quoi vivre décemment.
    Honte à la France et à ces associations de m…. qui ouvrent encore à l’immigration , qu’elles les prennent chez eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *