Montpellier : l’ilot Vernière accueillera le Pavillon de l’Architecture

Un temps prévu pour accueillir une Folie de la précédente municipalité, l’îlot Vernière est resté en jachère depuis la décision de Philippe Saurel d’abandonner l’ambitieux programme architectural après la construction de l’Arbre Blanc. Situé sur le boulevard Louis-Blanc avant de redescendre vers le Corum, la parcelle de 236 m² accueillera prochainement un Pavillon de l’Architecture à l’image du 308 à Bordeaux ou le Pavillon de l’Arsenal à Paris.

L’architecture à l’honneur

« Montpellier est une grande ville d’architecture et c’était l’occasion ou jamais de montrer ce que l’on sait faire et initier les jeunes pousses, voire les profanes, à l’architecture contemporaine et à l’histoire de l’architecture dans la ville », présente Philippe Saurel, en rappelant l’implantation, lorsqu’il était adjoint à l’urbanisme, au dos de l’ilot du cabinet Architecture Environnement dans un bâtiment en bois. Ce dernier avait d’ailleurs candidaté dans le cadre des Folies avec un immeuble végétal. Le dossier d’habiter la parcelle est désormais confié aux soins de la Maison de l’architecture Occitanie Méditerranée (MaOM) et au Conseil régional de l’ordre des architectes d’Occitanie (CROAO).

Après le renouvellement du Conseil en octobre 2017, le projet du Pavillon de l’Architecture a été présenté à la municipalité qui l’a accepté. « C’est un projet atypique et nouveau pour nous. En tant qu’architectes, nous n’avons jamais eu, à Montpellier, un lieu dédié à notre « art ». C’est nouveau aussi dans le sens où les architectes vont pouvoir construire et utiliser le projet. C’est un projet que les architectes ont depuis très longtemps », s’enthousiasme Céline Martin, conseillère au CROAO.

Les deux pins conservés

La SERM leur vendra prochainement le terrain et, « comme tous les projets d’architectes et d’urbanistes », Philippe Saurel gardera un regard attentif. « Le seul cahier des charges que j’ai demandé c’est de respecter les deux pins. Ils sont importants pour le quartier. Ils donnent de l’ombre et sont un repère pour les habitants » précise le maire de Montpellier. Nathalie Portal, vice-présidente de la MaOM et conseillère au CROAO l’a rassuré sur ce point : « Aujourd’hui, il n’y a pas d’architecture sans harmonie avec le patrimoine bâti ou naturel. La présence d’arbres sur un site du centre-ville est à préserver » rassure Nathalie Portal, vice-présidente de la MaOM et conseillère au CROAO. « C’est souvent la contrainte qui fait la force d’un projet. Si elle a été bien anticipée, le projet n’en est que plus valorisé » complète Céline Martin.

Le Pavillon prendra donc forme autour de ces deux arbres avec un rez-de-chaussée à la hauteur de plafond assez importante, dédié à des expositions, un étage de bureaux pour la MaOM et le CROAO et un espace extérieur dans la canopée des deux pins. Sa hauteur ne dépassera pas celle du bâtiment auquel il va venir s’accoler. « Ce ne sera pas un objet dense. On souhaite un objet  sur le plan architectural très souple » précise Céline Martin.

Ouverture en 2020

Implanté à Toulouse et Montpellier, aux Échelles de la Ville, le CROAO vendra 250 m² de bureaux dans la capitale héraultaise et gagnera en visibilité avec ce nouveau lieu. Si tous les détails (programmation, budget…) doivent être affinés en fin de semaine par le Conseil, en partenariat avec la MaOM, les intentions pour le Pavillon de l’Architecture sont connues : « On voulait un lieu emblématique et ouvert qui puisse rassembler les architectes mais aussi le grand public. On veut l’animer, faire entrer le grand public dans ce monde qui construit la ville et faire découvrir nos métiers. Ce sera un lieu fédérateur pour la profession mais également pour les partenaires qui agissent autour de la construction » annonce Nathalie Portal. Un concours sur deux tours sera lancé rapidement avec une ouverture du Pavillon de l’Architecture espérée en 2020.

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *