Trophées INPI 2018 : pour Sericyne, ça va de soie

Créée en 2015 et installée dans le petit village gardois de Monoblet, SERICYNE est en lice pour décrocher un précieux et très recherché trophée INPI pour une innovation étonnante : la production de soie en trois dimensions. L’INPI a tenu à saluer la prouesse. Cela va de soie…

Depuis 3 ans maintenant, la start-up Sericyne réinvente dans le Gard le savoir-faire ancestral de la soie. Concrètement, la jeune société, qui emploie aujourd’hui 8 personnes, a développé une idée originale née de la rencontre entre le design et la science : elle pose des vers à soie sur des moules, de façon à ce que les vers tissent directement la soie en forme d’objets.

La soie en 3 dimensions

« Sericyne a inventé un savoir-faire unique au monde : la production de soie en trois dimensions », commente l’INPI pour justifier cette nomination aux prestigieux Trophées 2018, qui seront dévoilés le 10 décembre prochain, de la société de Monoblet. Pour développer ce concept novateur, Sericyne a également convaincu une poignée d’éleveurs de vers à soi à se lancer dans cette activité, assurant dans le même temps la production locale d’une soie de grande qualité. Du côté de Monoblet, la sériciculture reprend vie.

Pour les grandes marques de luxe

« Le procédé de Sericyne, installé à Paris et dans les Cévennes, a très vite séduit de grandes marques de luxe », souligne l’INPI qui décrit « la soie Sericyne, exceptionnellement scintillante et résistante, qui se métamorphose donc en vêtements, luminaires ou emballages au gré de l’inspiration des stylistes, designers et décorateurs ». C’est en analysant le fonctionnement de la production actuelle de la soie que Sericyne a constaté que c’était une filière longue (7 étapes industrielles se succèdent), avec un fort besoin en main d’oeuvre et un impact environnemental lourd.

La soie de Sericyne permet aux designers d’habiller des flacons de parfums…

10% à l’export

« Aussi a-t-elle décidé de revenir aux origines de la soie, matière qui est présente dans l’insecte dès son 30ème jour, pour trouver une nouvelle technique de transformation », explique l’INPI. Après plusieurs années de travaux main dans la main avec un chercheur de l’INRA, elle a ainsi inventé cette technique aujourd’hui protégée par un brevet reconnu et protégé par l’Institut national de la propriété industrielle. La notoriété de la start-up gardoise ne cesse de croître. Sericyne réalise déjà 10% de son chiffre d’affaire à l’export.

Trophées INPI 2018
Le 10 décembre prochain à partir de 19h, au Trianon, à Paris
Séricyne est nominée aux Trophées INPI dans la catégorie « design » avec 11 autres nominés sur une centaine d’entreprises retenues par l’INPI à travers ses 19 implantations régionales. 4 lauréats -un dans chaque catégorie- seront désignés le 10 décembre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *