Montpellier : la poudre suspecte était de la farine de maïs !

INFO MÉTROPOLITAIN. Trois jours après l’évacuation de l’agence de La Poste du quartier Saint-Clément, entre les cités des Cévennes et du Petit-Bard-la Pergola, à Montpellier à cause d’une poudre blanchâtre suspecte échappée d’un petit colis, les tests attestent que le produit n’était autre que de la farine blanche de maïs !

Les résultats officiels sont tombés après analyse. Déjà, lundi, les tests aux stupéfiants et à un éventuel explosif s’étaient révélés négatifs, comme l’avait établi le sapeur-pompier référent NRBC -Nucléaires, Radiologiques, Biologiques et Chimiques- de la cellule mobile d’intervention chimique du Sdis 34. Restait alors à identifier formellement la nature du produit inoffensif. Le verdict est tombé. C’était culinaire.

Du gros sel à la Mosson

Lundi à 10h, l’agence de La Poste du quartier Saint-Clément, entre les Cévennes et le Petit Bard-la Pergola, à Montpellier avait été évacuée et un périmètre de sécurité installé, après la découverte par un employé d’une poudre suspecte, dans un colis qui s’était ouvert incidemment. Le personnel et les clients avaient été évacués par précaution, avant que le périmètre de sécurité soit enlevé à 11h30 et l’agence postale rouverte.

Un incident similaire s’est produit la semaine dernière dans une agence postale de la Mosson, où de la poudre blanche suspecte sortie d’un paquet éventré accidentellement s’était révélée être du gros sel pour conserver la morue !

Principe de sécurité

Cette loi des séries dans deux agences postales d’une même ville dans un délai rapproché montre que le système d’alerte de précaution imposé dans le cadre du plan Vigipirate au niveau le plis élevé actuellement en raison du risque d’attentat terroriste fonctionne parfaitement.

Plusieurs alertes sont survenues en France en raison de la présence d’une poudre  » suspecte  » dans des courriers. À ce jour, ces produits qui ont été analysés en France et en Europe ne contiennent aucune trace d’explosif. Toutefois, les recommandations suivantes doivent être respectées : 1. Si la présence de poudre est suspectée  » au toucher  » à travers une enveloppe : • ne pas ouvrir l’enveloppe, • prévenir les pompiers ou les services de police ou de gendarmerie (téléphone 17 ou 18).

2. Si de la poudre est découverte lors de l’ouverture de l’enveloppe, ou parce qu’elle s’échappe d’une enveloppe encore fermée, il faut : • reposer immédiatement la lettre, • ne plus la manipuler, • la recouvrir avec précaution, • fermer les ouvertures de la pièce afin d’éviter tout courant d’air, • arrêter les systèmes de climatisation et de ventilation, • toutes les personnes présentes dans la pièce doivent quitter celle-ci sans délai, • fermer la pièce à clé afin que personne ne puisse y pénétrer, • prévenir les pompiers ou les services de police ou de gendarmerie, téléphone 17 ou 18.

3. Les personnes qui ont eu un contact cutané avec la poudre doivent impérativement se laver les mains (ou toute autre partie du corps concernée, visage et cheveux notamment) très soigneusement avec du savon.

4. Les personnes qui ont été en contact avec la poudre suspecte ou qui étaient présentes dans la pièce au moment de la découverte de la poudre doivent se signaler auprès des services intervenants, qui les orienteront, le cas échéant, vers une prise en charge médicale. Ces mesures s’inscrivent dans le cadre de l’application du principe de précaution du ministère de la Santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *