Logements insalubres : Montpellier et Nîmes parmi les villes les plus touchées

Les services de l’État en collaboration avec les élus locaux ont dressé la liste des 14 sites de priorité nationale menacés par l’insalubrité de certaines de ses copropriétés. Montpellier et Nîmes en font partie.

Suite au tragique effondrement d’un immeuble à Marseille, le ministre du Logement, Julien Denormandie lance le plan « Initiative copropriétés », un programme de rénovation et de prévention des risques au niveau national doté d’un fond de 2,740 milliards d’euros. Parmi les sites retenus prioritaires, du fait de la présence de logements « dégradés », Montpellier, Nîmes, et Toulouse, au niveau régional, en font partie, et verront donc, dans les 10 prochaines années, naître des programmes de réhabilitation à destination de ces copropriétés insalubres. Le ministre s’est voulu rassurant lors de l’annonce ce plan en précisant : «ce ne sont pas des immeubles qui présentent des problèmes de sécurité pour les habitants».

Les collectivités locales en maîtres d »œuvre

Ce chantier de près de 3 milliards d’euros sera mené à bien par les collectivités locales, et piloté par les Préfets de Région, durant les 10 prochaines années. Selon le ministère du Logement, les collectivités seront accompagnées pour agir autour de 3 piliers :

  1. Transformer les copropriétés dans le cadre de projets urbains qui permettront de démolir si nécessaire et de reconstituer une offre nouvelle de logements ;
  2. Redresser les copropriétés qui le nécessitent en facilitant l’acquisition provisoire de logements par des opérateurs publics et en réalisant des travaux de rénovation y compris énergétique, en assainissant la gestion et le fonctionnement de la copropriété ;
  3. Mettre en place des actions de prévention pour les copropriétés qui présentent des fragilités avérées, afin de leur éviter d’entrer dans d’éventuels processus de dégradation.

Si le rapport n’identifie pas précisément les copropriétés visées, on sait cependant et plus globalement, selon un recensement effectué par les Préfets de Région, que plus de 500 copropriétés sont « en difficultés » dans le Grand Sud, à Montpellier et à Nîmes, mais également à Perpignan et en Avignon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *