Étang de Thau : récolte et vente des huîtres et des moules suspendues

La surveillance des zones de production de coquillages effectuée selon les protocoles établis par l’Ifremer sur des coquillages en provenance de l’étang de Thau a mis en évidence des résultats d’analyses microbiennes non conformes aux normes de consommation humaine, révèle ce jeudi la préfecture de l’Hérault.

C’est la raison pour laquelle le préfet de l’Hérault a décidé de suspendre provisoirement la récolte et la commercialisation des huîtres et des moules en provenance de ce secteur de production à compter du 7 novembre

Nouveaux contrôles bientôt

Les huîtres et les moules récoltées antérieurement au 2 novembre dernier, ou provenant d’autres zones de production ne sont pas soumises à cette mesure de restriction. Les professionnels peuvent donc continuer à commercialiser ces coquillages dans la mesure où ils présentent les qualités sanitaires requises pour garantir la sécurité des consommateurs.

De nouveaux contrôles seront réalisés dès la semaine prochaine et cette mesure d’interdiction temporaire sera levée dès que deux résultats d’analyses consécutifs seront conformes.

Une mauvais nouvelle qui tombe à quelques semaines des fêtes de fin d’année.

4 Comments

  1. Entre l’étang de Thau et les boulettes de pétrole vers Palavas et Carnon (et plus si affinités avec le mauvais temps), notre méditerranée est une vraie poubelle, avec le plastique et le bois aussi.

    1. Les ostréiculteurs accusent par ailleurs l’Ifremer d’être, via la création et commercialisation d’huîtres stériles modifiées au niveau des chromosomes et à croissance rapide, les huîtres « triploïdes », la cause d’un appauvrissement du patrimoine génétique des huîtres traditionnelles bivalves.Ces soupçons ont conduit une de leurs associations à saisir en référé le tribunal administratif de Rennes contre l’Ifremer. De la paranoïa

  2. L’Ifremer a considéré qu’il avait un rôle majeur à jouer pour élaborer et mettre en œuvre cet arrêté. Il y a dangers pour la population.

  3. comme d’habitude ce sont les pluies d’automne qui donnent ce résultat, trop d’eau douce en même temps.Peut être que si ifremer se déplaçait au lieu de toujours prendre les prélèvements à la sortie des eaux de pluies de Balaruc des gens pourraient travailler normalement.Je dis ça , je ne dis rien……

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *