Agence de l’Eau : un vote pour faire émerger des solutions dans l’Hérault

Jusqu’au 2 mai 2019, les Héraultais sont invités par l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, dont dépend le Languedoc-Roussillon, à donner leur avis sur les enjeux à relever pour l’eau atour de deux grandes thématiques : l’amélioration de la qualité de l’eau et la stratégie de gestion des risques d’inondation.

« L’avis du public est attendu sur les enjeux et les pistes d’action pour garantir la qualité de l’eau, partager la ressource dans un contexte de changement climatique, sécuriser l’eau potable, réduire les pollutions, préserver la santé et la biodiversité des milieux aquatiques, et bien sûr, on l’a encore vu récemment, prévenir le risque d’inondation », explique Laurent Roy, le directeur de l’Agence Rhône Méditerranée Corse, brossant la liste des défis majeurs à relever impérativement pour sécuriser l’avenir.

« Tous les avis sont importants »

Outre les citoyens, les collectivités, les entreprises et les associations sont également invités à participer en ligne à cette grande consultation sur le site EauFrance.fr. « Tous les avis sont importants », insiste le directeur régional, qui rappelle que la France est découpée en six grandes agences (La sienne donc, mais aussi Adour-Garonne, Loire-Bretagne, Seine-Normandie, Artois-Picardie, Rhin-Meuse, plus la Corse) : « D’autant plus important que cette consultation, au plus près des territoires, permettra de finaliser les enjeux de chaque bassin hydrographique et de mettre à jour les stratégies spécifiques de bassin pour l’eau et la gestion du risque d’inondation ».

Un plan d’action pour 2022-2027

Les stratégies qui découleront de cette consultation se traduiront par des plans de gestion pour la période 2022-2027. Pour la gestion des eaux, cet outil s’appelle le schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux, le Sdage, et pour la gestion des inondations, c’est le plan de gestion des risques d’inondation, ou PGRI : « Ces plans de gestion fixeront des objectifs et définiront des mesures pour les atteindre », confirme Laurent Roy, « Face au constat d’une vulnérabilité généralisée des territoires, en proie au manque d’eau, aux inondations et autres aléas climatiques, la question n’est plus de savoir s’il faut agir, mais de trouver des solutions ».

Préserver la ressource naturelle et les milieux, et assurer la qualité de l’eau : face aux enjeux, les citoyens peuvent s’exprimer

Un colloque national à Lyon

Les agences de l’eau vont se retrouver à Lyon le 15 novembre pour un colloque national sur le thème « Eau et changement climatique », afin notamment d’échanger sur les diverses solutions d’adaptation envisageables, dont certaines sont déjà testées sur des bassins. Ce colloque, qui prévoit une conférence de Jean-Louis Étienne, médecin et explorateur, et surtout grand défenseur de la planète et témoin des conséquences du changement climatique sur les territoires et les océans, permettra notamment aux acteurs de l’eau de travailler, grâce à 6 ateliers thématiques, sur des enjeux identifiés comme majeurs :
– Repenser l’eau dans la ville
– Agir autrement face aux événements extrêmes
– Miser sur les solutions fondées sur la nature pour limiter la vulnérabilité des territoires
– Limiter les conflits d’usage face aux tensions sur la ressource
– Repenser les activités économiques impactées
– Repenser les activités agricoles impactées
– Financer l’adaptation au changement climatique.

Pour participer à la consultation, une adresse : www.eaufrance.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *