Coups de feu à Béziers : quatre balles dans le pare-brise d’un bus

Un drame a été évité de justesse jeudi soir, en plein centre-ville de Béziers. Une rixe a éclaté sur la place Injalbert et des coups de feu ont été tirés. Au même moment, vers 21h30, un bus de l’agglomération circulait sur l’artère. Le chauffeur de bus a bien compris qu’il se passait un événement violent en apercevant un individu courir avec une arme en main, mais, le temps de réaliser, il a défouraillé en direction d’autres piétons qui couraient également. Et des projectiles ont fini dans le car.

Six balles tirées

Sur les six balles tirées, quatre ont atterri sur le haut du pare-brise du véhicule de transport en commun. Heureusement, le chauffeur et les quatre passagers qui se trouvaient à bord ont eu le réflexe de se coucher au sol. Si aucun d’entre eux n’a été blessé, ils ont été choqués.

Les services de police alertés et rapidement sur zone ont interpellé les quatre auteurs présumés. Trois hommes étaient en train de se bagarrer sur le trottoir, au niveau de la place Injalbert, avant qu’un quatrième n’arrive en hurlant en brandissant une arme à feu, puis de tirer. Une balle a traversé le pare-brise d’une voiture et quatre autres dans le bus, qui n’était pas directement visé. À l’heure du  bilan, il n’y a pas eu de blessé, ce qui relève du miracle.

Place Injalbert, à Béziers.
Place Injalbert, à Béziers.

Selon nos confrères de 20 Minutes –édition de Montpellier-, cet incident vient s’ajouter à l’agression d’une conductrice mardi soir par quatre jeunes gens, dans le quartier de la Courondelle. Hier, les chauffeurs de bus biterrois avaient décidé de faire jouer leur droit de retrait entre 10h et 11h.

Les suspects déférés au parquet

Le tireur présumé et les trois autres Biterrois impliqués dans cette rixe sur la voie publique ont été déférés au parquet de Béziers, ce samedi matin, après leur garde à vue au commissariat de la Sécurité publique de Béziers. En cas d’ouverture d’une information judiciaire au cabinet du juge d’instruction de permanence, ils seront mis en examen. Si les services du procureur de la République optent pour une comparution immédiate, ils seront jugés lundi après-midi au tribunal correctionnel.

1 Comment

  1. Ça n’arrêtera donc jamais !
    Je suis favorable pour les récidivistes de faits graves (crimes et délits) au cumul des peines. Pour chaque chef de mise en examen il faut mettre en place LE CUMUL DES PEINES !
    Cela suffit ! Toute cette violence inacceptable !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *