Vendargues-Saint-Aunès : de l’apprentissage à la création d’entreprise

Deux jeunes entrepreneurs héraultais de l’Est de Montpellier, Florian Billes de Vendargues et Loïc Espérou de Saint-Aunès ont choisi l’enseignement professionnel pour créer leur entreprise. Un choix de plus en plus fréquent boosté par un dispositif attrayant mis en place par le Conseil régional d’Occitanie.

Florian Billes, tout juste 19 ans, natif de Montpellier réside chez ses parents, à Vendargues. Issu justement d’une famille de souche vendarguoise, il n’est pas dépaysé pour se passionner depuis sa plus tendre enfance pour les taureaux et les chevaux. À la sortie du collège, il se dirige donc sans aucune surprise pour ses parents et ses amis vers un enseignement professionnel dans la maréchalerie, un métier qui n’a plus la cote, dans une région languedocienne où le cheval est roi.

Florian fait ses études pendant deux ans au lycée d’enseignement général et technologique agricole -LGTA- de Saint-Chély-d’Apcher, en Lozère, où il obtient son CAP de maréchal-ferrant. Depuis février dernier, il s’est lancé à son compte dans ce métier qu’il affectionne. Son galop d’essai est réussi. Il ne lui reste plus qu’à développer son entreprise, mais à 19 ans, Florian Billes n’est pas pressé, il a tout le temps devant lui pour construire son avenir.

Maraîchage et arboriculture

Pas très loin de Vendargues, à Saint-Aunès précisément, Loic Espérou, 21 ans, lui aussi Issu d’une famille de souche vendarguoise cultive et vend des légumes anciens à une clientèle de plus en plus nombreuse. Il a fait ses études au lycée professionnel Honoré de Balzac à Castelnau-le-Lez, dans le maraichage et l’arboriculture.

Le jeune héraultais a été diplômé en 2015. Pendant ses cours d’apprentissage professionnel, Loïc Espérou, il n’a cessé de travailler dans les vignobles et les jardins pour se perfectionner. « J’ai aimé la terre dès l’âge de dix ans, grâce à mon grand-père qui a été un guide précieux », se souvient-il. Deux ans après avoir obtenu ce précieux sésame qu’est le diplôme en production horticole et maraîchère, Loïc Espérou a investi le terrain de Saint-Aunès, où son père -qui n’est autre que Lionel Espérou, conseiller d’opposition à la mairie voisine de Vendargues- faisait pâturer ses chevaux.

À l’enseigne champêtre « Les Jardins de Loïc », les légumes anciens reviennent à la mode dans les assiettes et c’est donc cette recette gagnante de topinambours, blettes multicolres, artichauts, panais, rutabaga et autres, qui lui permet de proposer ses produits du jardin aux consommateurs, avec une production bio. Outre ces légumes, il fait également pousser de petits fruits qui régalent les palais. Des produits qui passent directement du champ dans l’assiette. Du fumier de chevaux et de brebis, de l’engrais organique végétal sont utilisés par le jeune maraîcher, qui envisage de lancer bientôt des rencontres thématiques gustatives.

Quand il quitte son jardin, Loïc Espérou retrouve ses potes, dont Florian, le maréchal-ferrant pour assister aux lâchers de taureaux dans les rues des villages d’ici et aux fameuses courses camarguaises, tradition oblige.

>> Pratique : « Le Jardin de Loïc », Chemin de Montpellier à Nîmes, à Saint-Aunès.Tel 06.28.66.29.77 http://m.me/loic.esperou.34

L’apprentissage, qu’est-ce que c’est ?

La Région Occitanie offre dans les 13 départements des formations en apprentissage qui s’effectuent en alternance. Celles-ci associent des cours, dispensées dans un CFA, et un travail, effectué chez un employeur. L’ensemble des niveaux de qualification professionnelle sanctionnée par un diplôme de l’enseignement technologique ou professionnel du second degré ou du supérieur ou un titre homologué sont accessibles par le biais de l’apprentissage.

L’objectif du dispositif est une formation en alternance pour aboutir à une qualification professionnelle :

  • une partie théorique et générale se déroule en CFA, Centre de Formation par Apprentissage.
  • une partie pratique se déroule en entreprise.

Cette formation est validée par l’obtention d’un diplôme de l’enseignement professionnel ou technologique Ainsi l’apprentissage permet d’acquérir :

  • un diplôme tout en étant rémunéré
  • une expérience professionnelle et bénéficier d’une bonne insertion professionnelle

Ce dispositif s’adresse aux :

  • Jeunes de 16 à 30 ans, 15 ans minimum au cours de l’année civile et au maximum 30 ans. Ces limites d’âge sont applicables à l’entrée en apprentissage, l’essentiel est d’avoir signé son contrat d’apprentissage avant de fêter ses 30 ans.
  • Personnes en situation de handicap sans condition d’âge.

La Région Occitanie finance :

  • Coûts pédagogiques (CFA)
  • Prise en charge sous condition de tout ou partie de l’équipement individuel nécessaire aux apprenti(es) de 1ere année.
  • Aide possible dans certains cas à la restauration et à l’hébergement
  • Aides aux transports cartes d’abonnement « Kartatoo » et 50 % de réduction sur TER
  • Aide au permis de conduire sous condition.

La rémunération est versée par l’employeur, selon un barème calculé en pourcentage du SMIC, en fonction de l’âge de l’apprenti(e) et de sa progression dans le cycle de formation.

Un dispositif qu’il est bon de connaître pour ceux et celles qui souhaitent passer directement de l’apprentissage professionnel à la création d’entreprise.

>> Pratique : Consultez toutes les formations

 

Florent Billes à Vendargues : à 19 ans, sa passion, c’est le cheval. Photo Métropolitain.

Loïc Espérou dans son jardin.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *