Manifestation : succès pour la rentrée sociale à Montpellier

C’était LE grand rendez-vous de cette rentrée sociale en France. L’appel à la mobilisation nationale par une intersyndicale (CGT, FO FSU et Solidaires, mais aussi des organisations étudiantes comme l’Unef et UNL) ce mardi 9 octobre a bien été entendue à Montpellier avec plus de 4 000 manifestants, selon les syndicats. Selon les policiers de la Sécurité publique, ils n’étaient que 1 800.

Dans la plupart des villes du pays, les manifestants ont rejoint les différents cortèges pour dénoncer la politique sociale mise en place par le gouvernement d’Emmanuel Macron. « Nous protestons contre la politique « idéologique » du gouvernement qui se solde par la destruction du modèle social », entonnaient les responsables syndicaux montpelliérains, énumérant les principaux griefs de la journée : la hausse de la CSG, le gel des prestations sociales, le projet de baisse des allocations chômage.

Entre 1 800 et 4 000 personnes

À Montpellier, le rassemblement a eu du succès. Le cortège local, qui a traditionnellement démarré au Peyrou pour remonter par la rue de la Loge, s’est longuement étiré dans les rues du centre historique. Les syndicats estimaient à au moins 4 000 le nombre de manifestants. Côté police nationale, après comptage, il n’étaient que 1 800.

Dans la rue de la Loge, sous les parapluies d’Octobre Rose, le rouge de la CGT a donné le ton d’une manif placée sous le signe de la grogne générale, mobilisant des grévistes dans quasiment tous les secteurs d’activité, publics et privés : la santé (le CHU mais aussi la clinique du Millénaire ou l’Institut Saint-Pierre), l’éducation, la recherche, les intermittents du spectacle, ou encore l’administration, comme les Finances Publiques…

Emmanuel Macron, principale cible

« C’est insupportable », proteste Sonia qui travaille dans la santé privée : « La politique d’Emmanuel Macron, qui est bien le président des riches, pousse la société dans une aberrante logique d’individualisation et de culpabilisation des plus démunis et des plus fragiles. Je suis écoeurée ». Jacques, fonctionnaire, est venu pour dénoncer une politique « qui détruit l’identité même de la France et de sa tradition de solidarité. Le gouvernement détruit sciemment la justice sociale pendant que les riches augmentent leurs fortunes. Qui peut accepter cela sans broncher ? ».

Un mécontentement qui se cristallise

Dans les rues de Montpellier, le cortège s’est déroulé sans une bonne ambiance. Derrière la CGT, suivaient FO, les collectifs de chômeurs et précaires, les lycées et les étudiants venus en force. Sans oublier les retraités, qui ont monté la rue de la Loge bon pied bon œil, furieux des choix du gouvernement qui a affaibli considérablement leurs revenus…

Pour Serge Ragazzacci, secrétaire départemental de la CGT34, « le succès de rassemblement de ce 9 octobre prouve que le gouvernement est aujourd’hui en grande difficulté… Toutes les décisions antisociales prises par Emmanuel Macron sont en train de coaguler un vrai mécontentement ». L’intersyndicale annoncera bientôt la suite à donner au mouvement national de protestation.

1 Comment

  1. Quel service public ?
    Je dois payer 3000 euros d’électricité consommés par un ancien locataire (bail commercial) suite à l’incurie d’Enedis et d’EDF !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *