Université : vers un nouveau blocage à Paul-Valéry ?

Les étudiants du syndicat Solidaires étudiant-e-s appellent à une journée de mobilisation le 9 octobre contre la réforme Parcoursup et l’arrêté Licence.

Ce mercredi, ils étaient 250 étudiants réunis dans un amphithéâtre de Paul-Valéry pour une assemblée générale organisée sans l’aval de la direction de l’université. À l’ordre du jour, la décision de participer à la manifestation générale du 9 octobre pour demander l’abrogation des récentes mesures prises pour réformer les universités françaises.

Jusqu’ici tout va bien… Mais là où il y anicroche, c’est que les étudiants réunis hier ont demandé à la présidence de l’université Paul-Valéry de ne pas pénaliser les absences durant ce jour de mobilisation. En cas de refus, les étudiants menacent de bloquer l’accès aux cours. Ils exigent également la banalisation des cours le 16 octobre, date fixée de la prochaine AG.

Réponse par la négative de Patrick Gili, président de l’université Paul-Valéry : « En conséquence, la direction de l’université ne banalisera pas les journées de cours des 9 et 16 octobre. Que les syndicats mobilisent s’ils le souhaitent, c’est leur droit imprescriptible ; mais qu’ils le fassent sans contraindre des étudiants, des enseignants et des personnels administratifs à subir contre leur gré une privation d’activités.
Parce que nous avons aussi fait la triste expérience de ce que devenaient les amphithéâtres lors des occupations, nous n’entendons pas davantage accorder une autorisation d’accès aux amphithéâtres. »

Cela promet donc d’être chaud ce mardi 9 octobre.

>> Quelles sont les revendications du syndicat Solidaires étudiant-e-s ?

Les étudiants réunis hier ont encore dénoncé le système Parcoursup dont la mise en place l’an dernier avait provoqué les blocages de plusieurs universités françaises. À cette critique s’est ajoutée une nouvelle revendication : l’abrogation de l’arrêté Licence prise par le gouvernement le 30 juillet. Cet arrêté prévoit la suppression d’un grand nombre d’heures d’enseignement, au bénéfice des stages en entreprise, mais également l’arrêt des rattrapages et de la compensation. Les étudiants dénoncent également la possibilité de supprimer les bourses en fonction des résultats universitaires des bénéficiaires.

 

2 Comments

  1. « upprimer les bourses en fonction des résultats universitaires des bénéficiaires. »
    bien, cela calmera ces branleurs qui cherchent toujours un prétexte pour ne rien branler!
    Comme la sécu, l’éducation nationale devrait avoir des inspecteurs pour traquer les étudiants bidons, qui font plus de syndicalisme ( en français, qui emmerdent les autres) que des études!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *