Hérault : les gendarmes de la route ont un nouveau commandant

Les gendarmes de la route de l’Hérault ont un nouveau commandant, le capitaine Sébastien Bruche, 41 ans, marié et père de deux enfants. Cet officier qui arrive de Bar-le-Duc, dans la Meuse -qui apprécie les baisses de températures actuelles !- a pris officiellement ses fonctions ce mardi à la tête de l’escadron départemental de sécurité routière -EDSR 34- du groupement de gendarmerie de l’Hérault, lors d’une cérémonie à la caserne Lepic, à Fontcouverte, à Montpellier.

Le général Jean-Valéry Lettermann, commandant adjoint de la région de gendarmerie d’Occitanie, commandant le groupement de l’Hérault, a évoqué la carrière du capitaine, « amateur de sports motorisés, passionné de scientifique et des nouvelles technologies », qui a débuté comme gendarme adjoint volontaire en septembre 2003. Puis, nommé au peloton d’autoroute de Troyes, dans l’Aube, il était sous les ordres d’un certain Roger Alvès, son prédécesseur à la tête de l’EDSR 34, parti dans l’été au grade de lieutenant-colonel servir en Nouvelle-Calédonie. Après être passé par l’école de sous-officier de Chateaulin, dans le Finistère, par le 2ème régiment de la prestigieuse Garde Républicaine à Paris, par Melun, en Seine-et-Marne, Sébastien Bruche a pris le commandement du peloton d’autoroute de Pont-l’Évêque, dans le Calvados, avant d’être nommé à Bar-le-Duc, où il a passé quatre ans. Direction, le Sud.

Environ 140 gendarmes sous ses ordres

« L’EDSR de l’Hérault est un des plus importants de France, il compte environ 140 gendarmes répartis dans les pelotons d’autoroutes de Poussan -A9- et de Clermont-l’Hérault -A75-A750-, les brigades motorisées des compagnies de Béziers, Lunel, Lodève, Castelnau-le-Lez et Pézenas, l’Équipe rapide d’intervention et sa fameuse Mégane RS, désormais installée à Poussan, a relevé le général Jean-Valéry Lettermann, l’EDSR 34 gère 12’600 km de routes et d’autoroutes, avec 65’000 véhicules chaque jour, 90’000 l’été ».

Stratégie opérationnelle précieuse

L’année dernière, 427 accidents de la circulation ont fait une cinquantaine de morts en zone gendarmerie, dans l’Hérault. « Je vais m’inspirer de la précieuse stratégie opérationnelle de mon prédécesseur, le lieutenant-colonel Roger Alvès qui a parfaitement analysé la situation dans le département pour lutter contre la délinquance routière et les addictions qui sont la cause des accidents, comme l’alcool, les stupéfiants, mais également le téléphone au volant et les vitesses excessives, explique le capitaine Sébastien Bruche, mais, il y a également les enquêtes sur tous les trafics, de drogue et de cigarettes de contrebande venant d’Espagne, les vols commis par des bandes organisées sur les aires de repos, avec les touristes dépouillés pendant leur sommeil et les routiers à qui on dérobe le carburant ».

L’EDSR de l’Hérault, ce n’est pas que des gendarmes en bottes et sur des motos. « Sur les 140 militaires, il y en a plus dans les compagnies à bord de véhicules, qu’à moto. Par exemple, au peloton d’autoroute de Poussan qui traite beaucoup de procédures judiciaires, il n’y a qu’un gendarme comme motard, c’est le lieutenant qui commande l’unité ! », souligne le capitaine.

Répression et prévention

Répression donc, mais aussi volet prévention. « Quand la limitation de vitesse sur certaines routes du réseau secondaire est passée à 80 km/h, dans l’été, nous n’avons pas verbalisé les contrevenants, nous leur avons proposé des alternatives aux poursuites grâce à des messages pédagogiques. Et lors des fêtes de fin d’année, nous distribuons des éthylotests gratuits aux conducteurs pour les inciter à souffler avant de prendre la route après leur réveillon arrosé. On peut citer aussi l’organisation du rallye annuel réservé aux motards, de plus en plus nombreux chaque année à répondre à l’invitation de l’EDSR 34 », remarque l’officier. L’EDSR 34 participe également à la Police de sécurité du quotidien -PSQ- qui vient de se mettre en route. Une PSQ dont la vocation est de rapprocher les gendarmes -et le policiers- des citoyens.

L’EDSR 34 participe régulièrement à des contrôles renforcés diurnes et nocturnes, sur réquisitions du préfet de l’Hérault ou des procureurs de la République de Montpellier et de Béziers, avec l’objectif de faire changer les mentalités et de faire diminuer le nombre d’accidents et de décès sur les routes de l’Hérault.

Vous aurez sûrement l’occasion de croiser la route du commandant de l’escadron départemental de sécurité routière de l’Hérault, qui privilégie le contact avec « ses » gendarmes et qui adore être sur le terrain. Il va prendre le temps de découvrir la ville de Montpellier, après un petit aperçu le week-end dernier, puisqu’il faisait partie des 4 000 nouveaux montpelliérains invités par le maire, Philippe Saurel.

>> Remise de médaille : des gendarmes ont été à l’honneur ce mardi, lors de cette cérémonie : 

  • Le maréchal des logis-chef Christophe Michel : médaille d’or de la défense nationale avec étoile de bronze (citation au régiment)
  • Lieutenant Maxime Dubois : médaille d’or de la défense nationale.
  • Maréchale des logis-cheffe Elodie Bustaffa : médaille d’or de la défense nationale.
  • Maréchal des logis-chef Christopher Fabre : médaille d’or de la défense nationale.

>> Notre reportage vidéo et photos

  De officiers du groupement de l’Hérault lors de la cérémonie. Photo JMA. Métropolitain.

Le général Jean-Valéry Lettermann retrace la carrière du capitaine Sébastien Bruche. Photo JMA. Métropolitain.
Le commandant de l’EDSR 34 a évoqué son action sur les route de l’Hérault. Photo JMA. Métropolitain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *