Habitat : deux étudiantes montpelliéraines testent le logement de demain

Depuis lundi, deux étudiantes ont intégré le F4 de 76m2 du projet HUT pour tester les limites de l’habitat connecté.

Pendant 10 mois elles vont vivre dans un appartement truffé de capteurs, de micros et de caméras. Deux étudiantes ont été sélectionnées pour participer au projet HUT (Human at home project) porté par une douzaine de laboratoires scientifiques montpelliérains, dont l’Institut d’Électronique et des Systèmes, et financé à hauteur de 5 millions d’euros sur trois ans par l’Université de Montpellier, l’Université Paul Valéry, le CNRS et Montpellier Méditerranée Métropole.

Un gros projet au sens littéral donc. Avec en ligne de mire, une collecte de données qui va permettre d’en savoir une peu plus sur le logement idéal de demain, et notamment sur les interactions humains machines. Cet « appartement-observatoire » doit permettre aux chercheurs de comprendre les conditions au bien-être des habitants des futurs logements « intelligents ». Car avoir un frigo qui vous alerte quand il n’y a plus de lait c’est bien, mais cela nous rendra-t-il plus heureux ? Quels sont les risques pour la vie privée du tout connecté et de la toute-puissante data ?

Réponses dans trois ans, à l’issue de l’expérimentation.

   >> Plus d’informations sur le site du projet HUT.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *