Derby Montpellier-Nîmes : le match des tribunes en images

Si les joueurs montpelliérains ont offert un grand spectacle dimanche sur la pelouse du stade de la Mosson, les supporters de la Butte Paillade n’étaient pas en reste. Avec les excès que l’on connait, heureusement sans gravité hier. Retour en images, sur les différentes banderoles déployées en tribunes. Amateurs de poésie, vous pouvez passer votre chemin… Folklore, chambrage et ambiance fiévreuse, la France redécouvre ce qu’est un derby.

On ne peut cependant pas passer sous silence, les incidents d’avant-match avec des supporters montpelliérains, repoussés par les CRS, qui attendaient leurs homologues nîmois. Seul un bus a essuyé des jets de pierre n’engendrant heureusement aucun blessé. Hormis deux montpelliérains légèrement blessés après l’ouverture de la porte de secours de la tribune en première période, le bilan de la soirée est positif à ce titre. À noter également que les forces de l’ordre n’ont procédé, pour l’heure, à aucune interpellation.

Du chambrage au coup de sang

Orphelins de leur bâche étendard après un vol au début de l’année, les Ultras de la Butte Paillade s’en sont donnés à coeur joie tout au long de la rencontre. En face, les 605 nîmois autorisés à faire le déplacement, essentiellement du groupe des Gladiators, ont planté deux banderilles, dont il faut reconnaître l’efficacité, avant d’exhiber la tête de diable qui ornait le centre de la bâche dérobée.

Un acte, craint par les autorités et que beaucoup prévoyaient, qui a provoqué le coup de sang des Pailladins. Quelques Ultras, passant par la porte de secours qui avait cédé en première période, étaient vite contenus avant qu’un important déploiement de CRS soit ordonné engendrant une interruption du match d’une trentaine de minutes.

« C’est le Sud »

Et si un arrêt de la rencontre a été sérieusement envisagé, les choses sont rentrées dans l’ordre. D’autant que, comme le rappelait Laurent Nicollin après la rencontre, « il n’y a jamais eu d’envahissement de terrain, aucun joueur n’a été en danger, les forces de sécurité du club les ont arrêtés ».

À cet incident disproportionné, difficile à comprendre si l’on n’a pas en tête les codes Ultras et en prenant en compte la passion et la dévotion de ces supporters liés corps et âmes à leur club, on préfèrera l’ambiance chambreuse illustrée par le président du MHSC : « C’était “folklo” en tribune mais c’est le Sud. On va certainement prendre une grosse amende. Mon trésorier doit s’arracher les cheveux ».

Les différentes banderoles du derby

Un tifo du groupe Armata Ultras ironise le passé récent des deux clubs © CN
La bataille des mots commence © CN
Le message aux joueurs pailladins de la Camarga Unitat © CN
Les supporters nîmois ont fièrement défendu leurs couleurs © CN
Sans doute la meilleure banderole du match © CN
Message de la Butte adressé aux Gladiators © CN
Des références à des affrontements entre les groupes ultras des deux clubs © CN
Les Écologistes de Montpellier approuvent ce message des Nîmois © CN
Une première allusion au vol de la bâche de la Butte Paillade © CN
À deux doigts de l’alexandrin © CN
« Par plainter » ??? 3-0, c’est plainter ? © CN
Allusion des Nîmois à la tête de diable qui orne la bâche dérobée © CN
Petit message à la Ligue… © CN
Deuxième allusion au vol de la bâche © CN
Message au directeur des opérations du Nîmes Olympique, ancien membre des Gladiators (les Ultras, pas le groupe de reggae) © CN
Sous cet écusson, les supporters nîmois s’apprêtent à dévoiler le morceau de bâche volée © CN

Le fameux morceau de la bâche de la Butte Paillade exhibé par les supporters Nîmois.

En matière de verrou et d’infranchissabilité, Benjamin Lecomte peut donner quelques conseils à la Butte © CN
La solidarité des ultras montpelliérains avec celui de Nice violemment frappé la semaine dernière par des membres de la Section d’intervention rapide © CN
3-0, merci, au revoir… dit autrement © CN

En revanche, si tout cela pouvait, certes, manquer de finesse, le tag vu par Éric Delanzy, journaliste de la rédaction nîmoise de Midi Libre, lors du trajet retour des supporters crocos n’est nullement cautionnable et à condamner.

1 Comment

  1. Je vous trouve très bienveillant et presque compréhensif envers les supporters de Montpellier ; la vulgarité, la grossièreté, la haine sur les banderoles, sur les centaines d’affichettes collées un peu partout dans le quartier, sur les nombreux tags faits sur les murs de l’Espace Mosson, le « sommet » étant ce tag antisémite, sans compter les caillassages des bus, la tentative de passage en force Espace Mosson, avec les affrontements avec les forces de l’ordre. Ca fait beaucoup, et ce n’est pas bon enfant!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *