Rodez : poignardé par un SDF pour se venger d’avoir mis son chien en fourrière

palais justice montpellier

Un SDF, un Belge de 39 ans, meurtrier présumé de Pascal Filoe, 45 ans, marié, père de trois enfants, directeur général adjoint de la mairie de Rodez en charge notamment de la sécurité et de la police municipale, poignardé jeudi en plein centre-ville avait déjà été interpellé à 42 reprises, notamment pour des violences envers son chien. Et selon ses aveux en garde à vue, il a reconnu avoir tué Pascal Filoe par « rancœur après la disparition de son chien ».

Neuf coups de couteau

L’animal qui était son fidèle compagnon au quotidien, comme pour la plupart des SDF, avait été placé en fourrière, ce qu’il n’a pas supporté. Le SDF aurait ruminé sa vengeance depuis qu’il était esseulé dans la rue.

La victime a été lardée de 9 coups de couteau, selon l’autopsie pratiquée ce vendredi à l’Institut médico-légal au CHU Lapeyronie, à Montpellier. Le SDF, posté dans des artères autour de la mairie avait semble t-il décidé d’attendre le passage de Pascal Filoe pour le poignarder au moment opportun en utilisant une arme blanche, achetée quelques jours plus tôt.

Menaces de mort et physiques

Selon Chérif Chabbi, vice-procureur du parquet de Rodez, « la personne en garde à vue à confirmé que c’était le retrait de son chien, la semaine précédente par la police municipale, qui aurait motivé son acte ». Comme il avait des antécédents judiciaires, la Ville de Rodez ne pouvait pas lui délivrer une autorisation pour avoir cette catégorie de chien.

Le meurtrier présumé avait menacé à plusieurs reprises le maire de Rodez et également proféré des menaces de mort à l’encontre de fonctionnaires de la ville, également menacés physiquement, quand il était ivre. En avril dernier, il avait cassé la porte en verre de l’entrée de l’hôtel de ville.

Déféré à Montpellier

Le SDF sera déféré au parquet de Montpellier, ce vendredi soir ou ce samedi matin, où une information judiciaire pour assassinat -un homicide volontaire avec préméditation- sera ouverte par le procureur de la République, Christophe Barret et confiée au pôle criminel de l’instruction.

1 Comment

  1. « Le meurtrier présumé avait menacé à plusieurs reprises le maire de Rodez et également proféré des menaces de mort à l’encontre de fonctionnaires de la ville, également menacés physiquement, quand il était ivre. En avril dernier, il avait cassé la porte en verre de l’entrée de l’hôtel de ville. »

    En faite une fois de plus face a la violence on voit ou mène la diabolique tolérance :
    Au pire,au drame,a l’irreversible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *