Montpellier : la nouvelle ZAC du Coteau en discussion

En décembre 2017, la presse locale dévoilait un grand projet urbanistique porté par la Ville de Montpellier : la ZAC du Coteau, située à l’ouest de Montpellier à cheval sur les quartiers Mosson et Hôpitaux-Facultés. Mercredi soir, les élus ont profité d’une réunion publique pour confirmer les grandes lignes de cet éco-quartier qui prévoit 1300 logements pour 4000 habitants.

Délimité par l’avenue des Moulins à l’est, la rue du Professeur Blayac au sud, le quartier et le parc Malbosc au nord, la future ZAC du Coteau accueillera donc à partir de 2025 quelques 4000 nouveaux habitants… Les chiffres ont été confirmés par la Ville de Montpellier en réunion publique.

Intégration paysagère et nature

La centaine de participants, pour l’essentiel des habitants du quartier Malbosc (2 100 logements construits sur 40 hectares), n’a pas semblé hostile à cette ZAC qui fait la part belle à l’intégration paysagère (le coteau boisée surplombe des champs et des vignes) et à la valorisation de l’environnement (maisons et petits ensembles, chemins piétonniers, jardins, espaces publics). Les futurs riverains ont toutefois fait part de leurs principales préoccupations, classiques dans ces phases d’avant-projet : la circulation et la sécurité des habitants, les équipements, l’impact sur les commerces locaux…

Ferme pédagogique et parcours champêtre

Au coeur du quartier, une ferme intégrée au paysage pour rappeler l’histoire agricole du site

Chantal Marion, déléguée à l’Urbanisme et Sonia Kerangueven, déléguée au quartier Hôpitaux-Facultés, ont répondu aux questions d’une salle plutôt pacifique, voire, parfois, séduite par ce concept d’éco-quartier qui, selon les architectes de l’agence parisienne Devillers (Grand Prix de l’urbanisme et de l’art urbain en 1998), s’inscrira dans la continuité géographique du parc Malbosc. Les deux espaces devraient ainsi constituer un véritable parcours champêtre. Avec, en son centre, une ferme pédagogique qui sera dédiée à la permaculture (100 % écolo, sans engrais ni pesticide).

Un quartier cumulant à 80 m

Magali Folwen, architecte, décrit le futur éco-quartier : « Cet espace de 26 hectares est une véritable pièce de campagne au nord-ouest de Montpellier. Ce n’est pas un champs de patate mais un morceau de campagne plein de charme cumulant à 80 m d’altitude avec ses coteaux offrant différentes vues sur le Pic Saint-Loup ou Montpellier… Sur ce site exceptionnel, dont nous allons préserver prioritairement le caractère champêtre et agricole, nous allons créer un authentique quartier étudiant et familial ».

Balade sur le chemin creux de Lagatu

Le chemin creux de Lagatu, pour une balade comme une porte ouverte sur la campagne

Point fort du projet : la création des Terrasses de parc de Malbosc, à flanc de coteaux qui domineront le parc Malbosc, et la préservation avec une mise en valeur du chemin de Lagatu qui traverse tout le coteaux, : « Les Terrasses sont le premier élément de l’ensemble avec la création d’un belvédère arboré au-dessus des vignes et des champs », confirme l’architecte : « Nous allons préserver les caractéristiques champêtres du site en conservant les chemins, et notamment le Chemin creux de Lagatu (chemin encadré de murs de pierres, dont la fonction est de permettre à l’eau de couler) et des allées des mas. Cette ZAC accorde une place primordiale à la trame piétonne », confirme l’architecte.

Surtout des maisons et des petits ilots

La Ville privilégie les maisons et les petits habitats collectifs en 5+3 maximum pour cette ZAC

Au niveau de l’habitat, les architectes ont centré l’offre sur des maisons et du petit logement collectif : « Il n’y aura pas de grands ensembles dans ce quartier », précise Magali Folwen : « Nous favorisons la création de petits ilôts de 60-80 logements en R+4 maximum. Et pour les appartements, nous respectons cinq critères essentiels : terrasse, placards, garage, évolutivité (appartement à géométrie variable avec possibilité d’agrandissement) et environnement (espaces verts et jardins partagés)… Il y aurait pu y avoir plus de logements, plus haut, mais ce n’est pas la volonté de la Ville qui veut un vrai eco-quartier à taille humaine ».

Une porte sur la campagne pour la ville

Une vision partagée par Chantal Marion : « Je rappelle que cette ZAC doit son nom au mas du coteau ! Nous n’allons pas trop construire sur cet espace pour conserver la nature et créer un vrai quartier mixte avec de l’habitat collectif où nous proposerons du logement abordable. C’est un enjeu fort : notre jeunesse doit pouvoir acheter. La ZaC du Coteau adoptera un style méditerranéen avec beaucoup d’endroits où l’on peut vivre dehors et se rencontrer. Pour résumer, la ZAC du Coteau sera une porte de la campagne depuis le centre-ville ».

Un calendrier bien calé
Depuis 2017, acquisition des terrains
2020 : lancement de la commercialisation
2025 : livraison des logements

 

4 Comments

    1. Grosso-modo l’#énergie musculaire vous interdit d’avoir des amis ou de la famille en dehors du quartier car ils ne pourraient pas se garer.
      Tout comme il serait interdit d’avoir un emploi non-desservi par le tram ou à proximité du quartier.
      #manqueuncerveau.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *