Meurtre à Rodez : le directeur adjoint de la police municipale poignardé

Le directeur général adjoint de la police municipale de Rodez, dans l’Aveyron, Pascal Filoé, a été tué ce jeudi, de plusieurs coups de couteau. Son agresseur présumé âgé de 39 ans a été interpellé peu après les faits à proximité de l’hôtel de ville, dans une boutique où il s’était réfugié. « L’agresseur était connu des services de police. Il avait notamment dégradé la porte de la mairie, le 11 avril dernier », selon le maire de Rodez, Christian Teyssèdre.

Le directeur général adjoint de la ville, en charge notamment de la police municipale, a été attaqué vers 10 h 30 dans une petite rue longeant la mairie. La voie a très vite été fermée par des cordons de police. Pascal Filoé, père de trois enfants, a été transporté à l’hôpital de Rodez dans un état très grave. Il est décédé vers 13 heures.

Le soutien du ministre de l’Intérieur

La préfecture de l’Aveyron a annoncé « qu’une cellule d’urgence médico-psychologique est activée depuis 14 heures à l’hôtel de ville », soulignant qu’un appel à témoins a été lancé. Les policiers du SRPJ de Toulouse chargés de l’enquête sont en quête de témoins. Le meurtrier présumé et la victime se connaissaient, notamment pour se croiser régulièrement en ville. L’auteur présumé a été placé en garde à vue au commissariat de la Sécurité publique de Rodez.

On apprend que l’enquête vise des faits criminels d’assassinat, c’est à dire qu’il y a eu préméditation, sans mobile connu pour l’heure. Le pôle criminel du tribunal de grande instance de Montpellier sera saisi, ce vendredi.

Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb a réagi sur Twitter pour dénoncer « une attaque ignoble » et apporter un témoignage de soutien aux policiers municipaux ruthénois et aveyronnais, à la famille de la victime et aux élus.

3 Comments

  1. Dans cette affaire dramatique, nous ne pouvons qu’espérer indépendamment de l’enquête concernant les faits eux mêmes, que la justice jugera utile d’ouvrir une information judiciaire visant à déterminer l’existence ou pas de manquements à des obligations de sécurité. En effet les employeurs publics se doivent de faire une analyse des risques poste par poste, d’avoir réalisé le diagnostic devant servir de base au Plan de prévention des risques psychosociaux , des éléments obligatoirement versés au DUERP. Nous devons nous interroger, alors que le Directeur Général des Services n’avait pas vocation à diriger le service de la Police Municipale de RODEZ selon la jurisprudence de la CAA de MARSEILLE, si une analyse des risques a été réalisée au titre d’une telle fonction qui lui aurait été confiée par le Maire. Une fonction de responsable de la police municipale qui dans le contexte qui est le nôtre implique nécessairement des risques majeurs. Visiblement la violence n’a pas entendu Monsieur le Maire de RODEZ ville la plus sure de France , la folie des hommes a tué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *