Football : le derby MHSC-Nîmes sous haute surveillance

Ce dimanche 30 septembre à 17h, se déroulera au stade de la Mosson, à Montpellier, le derby de ligue 1 entre le Montpellier Hérault Sport Club -MHSC- et le Nîmes Olympique. Une rencontre qui sera placée sous haute surveillance, prévient ce soir la préfecture de l’Hérault.

L’organisation de ce match a donné lieu à un travail préparatoire et à une concertation engagés dès le début de mois de septembre pour permettre aux uns et aux autres de s’organiser suffisamment en amont Ainsi, une réunion de travail a été tenue à la préfecture de l’Hérault le 6 septembre dernier avec l’ensemble des parties prenantes : préfectures de l’Hérault et du Gard, MHSC, Nîmes Olympique, police nationale et municipale, gendarmerie nationale, sapeurs-pompiers du Sdis 34, la Ville de Montpellier, la métropole de Montpellier, SNCF, TaM et la Ligue de football professionnelle.

605 supporters nîmois

« Cette première réunion a notamment permis de déterminer les principales orientations concernant l’organisation du match, et notamment les modalités de déplacement des supporters nîmois se rendant à Montpellier, un déplacement encadré de 500 à 600 supporters nîmois, afin de permettre la présence de supporters des deux équipes en conciliant les considérations de sécurité – prioritaires – et les attentes des supporters.

Il avait été décidé de finaliser le dispositif de sécurité, lors d’une nouvelle réunion en préfecture le mardi 25 septembre dans le même format. En parallèle, Nîmes Olympique a sollicité la préfecture de l’Hérault pour que le chiffre définitif soit porté à 605 supporters en contrepartie d’engagements en matière d’organisation du déplacement.

Dans le cadre de la réunion de finalisation du dispositif tenue ce jour, il a été acté que les engagements pris par les différentes parties prenantes ont été respectés. Par conséquent, ce sont bien 605 supporters nîmois qui pourront faire le déplacement pour assister au match. Ils seront véhiculés en bus depuis Nîmes jusqu’au stade la Mosson à Montpellier, à l’aller comme au retour.
Tout autre déplacement pour accéder au stade par un autre moyen de transport est formellement interdit.

De plus, les supporters nîmois ne pourront se rendre en ville à Montpellier avant, pendant et après la rencontre, soit le dimanche 30 septembre de 12 heures à minuit, afin d’éviter que des affrontements ne surviennent notamment en centre-ville », indique la préfecture de l’Hérault.

Les supporters nîmois auront, en revanche, l’interdiction de séjourner dans le centre-ville et les quartiers de Montpellier.

Sanctions

Les mesures de sécurité adoptées visent à assurer le bon déroulement de cette manifestation qui doit rester un moment festif, convivial et conforme aux valeurs du sport. Pour mémoire, toute infraction à l’arrêté préfectoral relatif à l’encadrement de ce déplacement (en pièce jointe) donnera lieu à des sanctions d’interdiction administrative de stade pouvant aller jusqu’à deux ans à l’encontre des contrevenants.

Le préfet de l’Hérault entend par ailleurs que soient respectées, par tous, la réglementation relative aux enceintes sportives et les règles élémentaires de savoir-vivre, en particulier un dimanche après-midi où des familles, et notamment des enfants, assisteront à cette rencontre.

Les contentieux cités dans l’arrêté

Dans un arrêté de 4 pages signé du directeur de cabinet du préfet de l’Hérault, le sous-préfet Mahamadou Diarra, il est rappelé qu’un contentieux qui date de dix ans existe entre les deux clubs voisins. Le 30 octobre 2008, vers 22h30, une vingtaine de supporters Ultras Pailladins avaient frappé des supporters nîmois Gladiators avec des battes de base-ball et des poings américains. Huit supporters gardois avaient été blessés et le local des Gladiators saccagé.

Cinq autres incidents causé, soit par les supporters du MHSC, soit par ceux des Crocos nîmois ont eu lieu, jusqu’au sixième et dernier en date, récent : dans la nuit du 2 au 3 mai dernier, la grande bâche officielle déployée dans les stades a été volée dans le local des Ultras du MHSC, « laissant planer le doute de la responsabilité des supporters ultras nîmois », selon l’arrêté de la préfecture de l’Hérault. La bâche n’a toujours pas été restituée.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *