Suicide à Castelnau-le-Lez : un trentenaire était agenouillé sur les rails

L’hypothèse d’un suicide est privilégiée ce samedi matin par les gendarmes de la compagnie de Castelnau-le-Lez, après le décès d’un piéton, un marginal montpelliérain âgé de 37 ans, à 200 mètres du passage à niveau de l’avenue Marcel Dassault.

Comme Métropolitain l’a évoqué ici dès hier soir, le conducteur d’un train -un TER- qui allait entrer en gare SNCF Saint-Roch, à Montpellier en provenance de Nîmes n’a pu éviter une personne assise sur les rails, vers 23h, à Castelnau-le-Lez.

Des bières et des médicaments sur place

Selon nos informations, la victime, un homme selon le cheminot, était agenouillée au milieu d’une voie, les bras en croix, à 200 mètres du passage à niveau. Il était vêtu de noir, dans une zone plongée dans l’obscurité. Le conducteur du train n’a vu cette personne qu’au dernier moment. Le choc a été terrible, la victime a été tuée sur le coup. Le conducteur du train, en état de choc a été remplacé et le trafic ferroviaire a été interrompu dans les deux sens pendant deux heures.

Les gendarmes ont découvert des bières -vides et pleines-, ainsi que des médicaments sur le bord de la voie ferrée. Aucune pièce d’identité n’ayant été retrouvée sur place, ni alentour, l’identification de ce désespéré a été difficile : il n’a été formellement identifié que ce samedi matin. Il s’agit d’un marginal de 37 ans qui vivait avec une concubine à Montpellier.

Une autopsie sera pratiquée la semaine prochaine à l’Institut médico-légal du CHU Lapeyronie.

Collision tramway-voiture

Ce drame est survenu moins d’une heure après une collision entre une rame du tramway et une voiture, sur la ligne 2, à l’intersection de la station Charles de Gaulle, à Castelnau-le-Lez, dans le sens Montpellier-Jacou. Une conductrice s’est engagée sur les rails, alors que le tramway arrivait, à cet endroit qui est doté de feux tricolores.

Il n’y a eu aucun blessé, mais la voiture est réduite à l’état d’épave. Alors que les gendarmes de Castelnau-le-Lez effectuaient l’enquête d’usage, ils étaient informés du drame qui venait de se produire sur l’avenue Marcel Dassault, à 200 mètres du passage à niveau et du passage réservé aux piétons de la SNCF.

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *