Montpellier : 610 € en moyenne pour se loger

À l’occasion du Salon de l’Immobilier d’Automne de Montpellier, qui se tiendra du 21 au 23 septembre au Parc des Expositions, LocService.fr, spécialiste de la location entre particuliers, a dévoilé les premiers chiffres de l’année sur le marché locatif privé montpelliérain. L’étude se base sur un échantillon de 3 080 offres ou demandes de locations à Montpellier enregistrées en 2018 sur les huit premiers mois de l’année.

610 € en moyenne pour se loger à Montpellier

On y apprend que Montpellier compte 66,3 % de locataires (chiffre INSEE), que le loyer moyen charges comprises pour se loger à Montpellier est de 610 € pour 37 m² en moyenne, ce qui correspond à un ratio de 16,33 €/m², en augmentation de 0,19 % par rapport à l’année dernière. Rappelons cependant que cette moyenne est exprimée charges incluses, charges qui ont tendance à augmenter plus vite que les loyers.

Montpellier, une ville chère

Comparé au reste de la France, le loyer moyen sur Montpellier est supérieur à la moyenne provinciale (565 €), mais l’écart reste conséquent par rapport à la capitale : Montpellier est 43 % moins chère que Paris. Les chambres se louent en moyenne 407 € pour une surface de 13 m², les studios 482 € pour 23 m² et les appartements T1 551 € pour 30 m². Pour les appartements T2, la surface constatée est de 41 m² et le loyer moyen de 643 €, un T3 de 65 m² se loue 831 € et les très grands appartements se sont négociés en moyenne 972 € charges comprises. Quant aux maisons, leur loyer moyen s’élève à 1 171 €.

Montpellier, plus cher que Toulouse

Si l’on compare le loyer moyen charges comprises des principales villes de la région Occitanie, Montpellier est la ville la plus chère devant Toulouse qui affiche, elle, un loyer moyen de 15,32 €/m². L’écart de prix est important avec Sète et Nîmes et les suivantes.

Les petites surfaces en tête

Le marché locatif montpelliérain semble favoriser les studios, qui représentent 31 % des locations réalisées. Si on y ajoute les locations d’appartements T1, ce chiffre grimpe à 40 %. Ils bénéficient notamment de la demande des étudiants qui sont plus de 75 000 à habiter dans l’agglomération et qui sont surreprésentés dans la période étudiée. Ainsi, ce taux devrait légèrement diminuer sur le reste de l’année. Quant aux appartements T2, ils affichent également une part importante des locations avec 27 %.

L’infographie (voir ci-dessous) réalisée à l’occasion de cette étude précise les quartiers les plus sollicités à Montpellier par les locataires. Plébiscités par les étudiants et les jeunes actifs, les logements meublés représentent 52 % des locations réalisées dans l’année (hors « locations meublées touristiques »).

Richard Horbette, fondateur de LocService.fr, conclut : « À Montpellier, les demandes des locataires se répartissent à 47 % pour les appartements, 47 % pour les petits logements et 6 % pour les maisons. 61 % des locataires en recherche habitaient déjà à Montpellier mais la ville a attiré également 5 % de Parisiens et 4 % de Lyonnais ».

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *