Montpellier, Palavas-les-Flots et Balaruc-les-Bains : des conducteurs épinglés

De nombreux contrôles routiers ont été réalisés entre dimanche dernier et ce dimanche, tant par les policiers de la Sécurité publique en agglomération de Montpellier, que par les gendarmes du groupement de l’Hérault, avec de nombreux conducteurs qui ont été épinglés.

Dimanche dernier, les gendarmes de la brigade territoriale autonome de Balaruc-les-Bains en opération de contrôle de vitesse dans l’agglomération ont relevé une vitesse de 120 km/h dans une zone limitée à 50 km/h. Intercepté, le conducteur, âgé de 48 ans accompagné de son épouse et de ses deux enfants s’est vu retirer immédiatement son permis de conduire et notifier une convocation au tribunal de Montpellier. Son épouse a pris le volant pour poursuivre la route en direction de Valence, dans la Drôme, où vit la famille.

149 conducteurs ont « soufflé dans le ballon »

Les gendarmes de la compagnie de Castelnau-le-Lez -une vingtaine de militaires en tout- ont établi un contrôle routier entre 23h ce samedi et 2h ce dimanche, au rond-point des 4 Vents, entre Palavas-les-Flots et Villeneuve-lès-Maguelone. 149 conducteurs ont été invités à « souffler dans le ballon ». On peut dire que « seulement cinq étaient en état d’ivresse avec un faible taux contraventionnel, même si c’est encore trop, mais, c’est du mieux comparé aux semaines précédentes.

Sept ont commis des infractions au code de la route, dont l’usage du téléphone portable au volant et un automobiliste détenait une petite quantité de drogue.

600 PV en deux jours !

À l’occasion de deux contrôles routiers en 48 heures portant sur la vitesse sur deux avenues où il ne faut pas dépasser les 50 km/h, en agglomération de Montpellier -route de Ganges et avenue Mendes France-, les policiers du commissariat central ont relevé 300 infractions par jour au flash avec des radars embarqués à bord de véhicules de police banalisés. Ces 600 automobilistes ne vont pas tarder à recevoir les PV annonciateurs pour certains de perte de points sur leur permis de conduire.

Un autre contrôle de vitesse effectué cette fois aux jumelles par les policiers, sur l’avenue Mendes France, mercredi a été fatal à un conducteur âgé de 19 ans qui a été intercepté alors qu’il roulait à 137 km/h au lieu de 50. Une procédure pour grande vitesse a été dressée avec pour conséquence le retrait immédiat du permis et la mise en fourrière du véhicule.

Le motard avait masqué la plaque d’immatriculation

Vendredi, alors qu’ils étaient en patrouille, des policiers de la Sécurité publique ont croisé le pilote d’une moto, dont l’immatriculation était volontairement masquée pour échapper aux flashs des radars. Ils ont pu rejoindre le motard et l’arrêter. Il a fait l’objet d’un procès-verbal. Il faut savoir que soustraire à la constatation d’une infraction en modifiant ou en masquant la plaque d’immatriculation est puni de 3 750 euros d’amende, du retrait de six points sur le permis de conduire et de la saisie du deux-roues à moteur.

Vitesses excessives : ce que vous risquez

Autres rappels importants des gendarmes et des services de police qui luttent au quotidien contre les chauffards : au-delà des risques encourus, le fait, pour tout conducteur d’un véhicule à moteur, de dépasser de 50 km/h ou plus la vitesse maximale autorisée fixée par le présent code ou édictée par l’autorité investie du pouvoir de police est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la 5ème classe et de la réduction de six points du permis de conduire.

Le conducteur en infraction encourt également les peines complémentaires suivantes :
1/ La suspension du permis de conduire pour une durée de trois ans au plus, cette suspension ne pouvant pas être limitée à la conduite en dehors de l’activité professionnelle, ni être assortie du sursis, même partiellement ;
2/ L’interdiction de conduire certains véhicules terrestres à moteur, y compris ceux pour la conduite desquels le permis de conduire n’est pas exigé, pour une durée de trois ans au plus ;
3/ L’obligation d’accomplir, à ses frais, un stage de sensibilisation à la sécurité routière ;

4/ La confiscation du véhicule dont le prévenu s’est servi pour commettre l’infraction, s’il en est propriétaire.

4 Comments

  1. C’est très bien, il faut continuer comme ça. Nous sommes passés de 16000 morts par an dans les années 70′, à environ 2000 aujourd’hui ! La sécurité des voitures ne fait pas tout, il faut aussi sévir sur les tarés comme ce gamin à 137 !!!

    1. Tout à fait de votre avis, Reste plus aux policiers le contrôle des feux-rouges , des sens interdits, de ces jeunes fous qui roulent sans casque ( surtout la nuit) et que sais-je encore ?…Vivement que toutes ces incivilités arrêtent de nous pourrir la vie.

  2. Bien, les amendes ne seront jamais assez fortes pour calmer les excités du volant. La confiscation du véhiculecest une excellente chose : l idee de perdre leur cher tuture va aussi avoir un effet sur les plus refractaire au code de la route et va rapporter de l argent à l Etat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *