Violences à Montpellier : le lycée Joffre sous haute surveillance

Depuis les révélations de Métropolitain dimanche sur les violents événements survenus vendredi soir devant le lycée Joffre et sur l’Esplanade Charles de Gaulle, à Montpellier,  où deux lycéens âgés de 14 ans et de 15 ans ont été menacés avec des couteaux, puis malmenés, avant que le père du plus jeune âgé de 41 ans reçoive trois coups d’arme blanche, les abords de l’établissement sont placés sous haute surveillance.

Cette présence renforcée a permis d’identifier et d’interpeller ce lundi vers 16h30 deux mineurs de nationalité albanaise près de l’entrée du lycée Joffre reconnus par des responsables comme ayant pénétré dans l’enceinte la semaine dernière. « Les intrusions dans les établissements scolaires d’individus extérieurs constituent désormais un délit sanctionné par la loi. Les deux Albanais ont été conduits au commissariat central », indique ce soir l’état-major de la direction départementale de la Sécurité publique de l’Hérault.

Plainte pour intrusions

La proviseure du lycée Joffre, Catherine Gwizdziel avait signalé cette intrusion, ainsi que d’autres aux services de police depuis la rentrée scolaire lundi 3 septembre et avait déposé une plainte contre X, ce jour-là. Depuis, régulièrement, des patrouilles de police ont lieu. Les deux migrants albanais arrêtés ce soir ont été formellement identifiés comme faisant partie des intrus.

Réagissant sur les réseaux sociaux ce lundi, la proviseure du lycée Joffre réclame une meilleure sécurisation de cette zone, où l’Esplanade Charles de Gaulle qui abrite un trafic de drogue est mitoyenne de l’établissement scolaire. Chaque jour, des centaines de lycéens traversent le parc.

Ils viennent au secours d’un élève

Une passerelle sépare un tronçon entre l’Esplanade et l’entrée du lycée Joffre. Vendredi vers 17h, c’est là que deux lycéens de 14 et 15 ans aperçoivent un élève encerclé et bousculé par une quinzaine de mineurs albanais qui squattent le parc et les abords du lycée depuis la rentrée scolaire. Ils revendent sous la contrainte des cigarettes de contrebande et de la drogue aux lycéens. En cas de refus, ils sont menacés, voire frappés.

Les deux adolescents ont courageusement volé au secours de la victime et ont voulu mettre en fuite les Albanais. Mais, ces derniers n’ont pas hésité à sortir des couteaux et à braquer les lycéens, qui ont pris la fuite.

Le père poignardé

L’adolescent de 14 ans a raconté ces événements à son père en rentrant à la maison. Vers 20h, il a décidé d’aller acheter un sandwich dans un commerce de la rue Maguelone. Au moment où il allait payer, on lui a tapé sur une épaule, il s’est retourné et a reconnu des Albanais qui avaient agressé le lycéen sur la passerelle, trois heures plus tôt et à qui il avait porté secours.

L’adolescent a pris peur et a alerté son père par téléphone. Il était déjà au courant des faits violents de la fin de l’après-midi. Le père, un quadragénaire a alors décidé de se rendre sur l’Esplanade Charles de Gaulle, où il a repéré les agresseurs qui étaient une bonne trentaine regroupés vers le lycée Joffre. Il a voulu demander des explications sur leur comportement, accompagné de ses deux fils, dont le lycéen de 14 ans, mais, mal leur en a pris : ils ont été roués de coups, avant que le père soit poignardé. Trois coups de lame qui, fort heureusement n’ont pas atteint d’organe vital, une scène qui s’est déroulée sous les yeux de ses enfants.

Tous deux ont également été violemment pris à partie, assommés et blessés à la tête avec des bouteilles en verre et des planches cloutées. Tous ont été transportés aux urgences du CHU Lapeyronie, tandis que les policiers de la Sécurité publique alertés par des témoins et rapidement sur les lieux ont procédé à trois interpellations.

L’auteur présumé des coups de couteau désigné par les victimes  -qui nie les faits-, un mineur étranger non accompagné de 16 ans qui squatte l’ex-église protestante du cours Gambetta a été déféré ce lundi au parquet des mineurs.

Des Albanais sont scolarisés

Ces jeunes migrants albanais se trouvent dans le collimateur des policiers montpelliérains. Ainsi, deux d’entre-eux qui étaient recherchés depuis l’intrusion dans le lycée Joffre lundi 3 septembre ont été reconnus ce soir par un équipage de la brigade anticriminalité -BAC- aux abords de l’établissement, à l’heure de sortie des élèves et interpellés.

Selon nos informations, des adolescents albanais hébergés à Montpellier dans des structures sociales gérées par des associations humanitaires sont scolarisés au lycée Joffre, ce qui pourrait expliquer la présence permanente de jeunes ressortissants, non scolarisés aux abords de l’établissement ou à l’intérieur à la faveur d’intrusions illégales, où ils vendent des cigarettes de contrebande et de la drogue aux lycéens.

L’élu Alex Larue réagit

Un des élus de l’opposition au conseil municipal de Montpellier et à la métropole, Alex Larue -LR- réagit ce soir : « L’été qui s’achève à Montpellier a été marqué par une vague de violences et de dégradations sans précédent dans l’histoire de notre ville. Agressions, voitures brulées, dégradations, la liste est longue des événements de cet été, et hélas la rentrée est dans la même lignée comme en témoignent les violences sur l’esplanade devant le Lycée Joffre. Jamais la situation en matière de sécurité n’a été aussi inquiétante dans notre ville et pourtant le maire reste sans réponse concrète face à cette vague de violence, dépassé qu’il est par la situation. Il devient urgent de réagir en menant une vraie politique permettant d’assurer la sécurité des habitants de la ville plutôt que de mener des guerres sans fin aux autres collectivités. J’appelle donc à un sursaut sans délai de Philippe Saurel en matière de sécurité pour éviter des événements encore plus graves ».

La mairie a d’ores et déjà demandé aux policiers municipaux de faire des patrouilles et des surveillances régulières, en étroite collaboration avec la police nationale. Les opérateurs d’astreinte au centre de supervision urbaine -CSU- ont les yeux rivés sur les caméra de vidéoprotection installées dans le parc.

Les révélations de Métropolitain sur cette affaire, hier ne cesse de provoquer plusieurs centaines de réactions, notamment de parents d’élèves qui ne cachent pas leur vive inquiétude.

Une information judiciaire ouverte

On apprend que l’adolescent mis en examen du délit présumé de violences volontaires avec arme pour les coups de couteau portés au père du lycée a été libéré sous contrôle judiciaire et remis au foyer des mineurs, où il est hébergé. Il a notamment interdiction de paraître sur l’Esplanade Charles de Gaulle et aux abords du lycée Joffre.

Un adolescent interpellé pour une intrusion lundi 3 septembre dans le lycée Joffre sera jugé le 1er octobre; Par ailleurs, le parquet a ouvert une information judiciaire contre X pour violences volontaires avec arme et en réunion, visant à identifier parmi la trentaine de jeunes albanais ceux qui ont causé des blessures avec des bouteilles en verre et des planches cloutées sur les membres de la famille du parent d’élève. L’enquête est menée par les policiers de la sûreté départementale de l’Hérault.

>> Les révélations de Métropolitain 

12 Comments

  1. Ils revendent sous la contrainte des cigarettes de contrebande et de la drogue aux lycéens. En cas de refus, ils sont menacés, voire frappés.

    Parfaitement iréel de lire des trucs pareil….

    La justice de ce pays est foutu,cassé.

  2. Comment se fait-il que des trafiquants de drogue, des drogués soient installés près d’un lycée, d’une aire de jeux pour des petits enfants jusqu’à la gare? Que font ces chers responsables, ceux qui ont le pouvoir pour AGIR? Les personnes qui s’occupent de ces jeunes, que font-ils? Il y en a marre d’être passifs! Nos enfants méritent d’aller au lycée en toute sécurité.

  3. Bravo métropolitain d’avoir relaté, ces faits graves allaient rester sans écho….Soigneusement évités par tout le monde, depuis vendredi, mais
    pourquoi ? Ne pas gâcher le forum d’antigone ?

  4. Heureusement que e-metropolitan est là parce que si on comptait sur les « courageux  » journaliste de Midi Libre.
    Des gratte papiers à la solde de Saurel ç est ça les rédactions de ML.

  5. ils on essayé de prendre plan cabannes mais les maghrebins les on virés…donc il se sont diriger vers le lycée joffre
    je conseille un retour a tirana sans possibilité de retour a ces courageux guerriers

  6. Il faut y aller à plusieurs et pas les mains vides vu que de toutes façons la justice Française corrompue moralement ne fera rien pour sauver vos enfants… Plus de pitié…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *