Sept cent scientifiques français ont lancé ce samedi un appel aux dirigeants politiques pour qu’ils passent «de l’incantation aux actes pour enfin se diriger vers une société sans carbone. Seuls des changements immédiats et des engagements de court terme, dans le cadre d’objectifs clairs et ambitieux à horizon 2030, peuvent nous permettre de relever le défi climatique», révèlent t-ils en Une du journal Libération.

«Les discours sont insuffisants, comme le montrent les récents chiffres d’émissions de gaz à effet de serre (…) Il est tout aussi crucial qu’urgent de sortir du champ de l’incantatoire et de traduire concrètement ces discours en choix politiques forts et clairs au service d’une transformation sociétale profonde», poursuivent ces 700 chercheurs et professeurs d’écologie, de physique ou encore d’économie.

Une pétition

L’effet Hulot est évoqué. En effet, le départ surprise de Nicolas Hulot, le ministre de l’Écologie, combiné aux événements climatiques extrêmes de cet été à travers le monde, a poussé de nombreux citoyens à s’engager pour l’environnement, d’abord sur les réseaux sociaux, avant des rassemblements prévus samedi dans la rue, où ils doivent être rejoints par des ONG, syndicats et partis politiques.

La mobilisation est forte ce samedi, portée par le mouvement « Rise for the climate », une journée d’actions en faveur du climat. Le groupe local Greenpeace de Montpellier, Enercoop Languedoc Roussillon, et Alternatiba Montpellier sont mobilisés près des berges du Lez, jusqu’à 16h. Objectif : « inciter les dirigeants locaux à lutter contre le réchauffement climatique, assurer 100% d’énergies renouvelables, et désinvestir l’argent public des énergies fossiles« .