Castelnau-de-Guers-Boujan : une famille otage du forcené pendant six heures

Le forcené qui a été délogé ce samedi un peu avant midi de son domicile de Boujan-sur-Libron, aux portes Nord-Est de Béziers, un ex-légionnaire âgé de 35 ans avait pris en otage une famille dans sa propriété de Castelnau-de-Guers. Le couple a été séquestré de 23h, vendredi à 5h, ce samedi matin avec une arme de poing braquée en permanence sur la tête, alors que les enfants se trouvaient dans leurs chambres, à l’étage. Récit.

Tout a commencé vers 23h30, hier, quand une amie du couple, apeurée et en pleurs, se réfugie avec son nourrisson d’un mois dans l’habitation de Castelnau-de-Guers. Elle raconte que son concubin, un ancien légionnaire de 35 ans la séquestre depuis plusieurs semaines dans leur maison de Boujan-sur-Libron, avec leurs deux enfants, le garçonnet d’un mois et une fillette de 3 ans et elle indique qu’il l’a accompagnée à Castelnau-de-Guers, avant de repartir. Sauf que quelques minutes plus tard, le trentenaire fait irruption en pointant une arme de poing sur tous les occupants.

Il sniffe du crack

Sous les yeux du couple terrorisé, de sa compagne et du bébé, le trentenaire, un toxicomane « accro » aux drogues dures sniffe alors du crack, une drogue puissante, ce qui le rend violent. Le crack se présente sous forme de petits cailloux -des cristaux-, tandis que la cocaïne est à l’état de poudre. Il résulte d’un mélange de cocaïne, d’ammoniaque et de bicarbonate de soude. Le crack est la forme la plus puissante du produit puisqu’il est composé de 70% à 100% de cocaïne pure (contre 20 à 30 % pour la cocaïne dites « traditionnelle »). Il est donc la forme la plus dangereuse de la cocaïne.

Le trentenaire sous l’effet du crack frappe alors sa concubine et le couple, avant de s’en prendre au nourrisson. Tous seront régulièrement menacés et malmenés jusqu’à ce qu’il consente enfin à quitter les lieux, vers 5h, à bord de sa voiture dans laquelle dormait la fillette de 3 ans.

Le couple est soulagé, il a été otage pendant six heures, une séquestration qui a paru une éternité. il donne aussitôt l’alerte à la gendarmerie en livrant l’adresse approximative du trentenaire et de sa famille à Boujan-sur-Libron.

Le RAID de Montpellier engagé

Les gendarmes de la compagnie de Pézenas prennent attache avec les policiers de la Sécurité publique du commissariat de Béziers, la commune de Boujan-sur-Libron étant située en zone de la police nationale. Le domicile du preneur d’otages est localisé vers 8h. Le trentenaire qui a ramené dans l’appartement sa concubine et leurs deux enfants refuse de laisser pénétrer les policiers et les gendarmes, ainsi que toute amorce de négociation avec un médiateur.

Appel est fait aux policiers d’élite du RAID. L’antenne de Montpellier arrive en milieu de matinée sur zone, bouclée par un vaste périmètre de sécurité. Une dernière tentative de proposer au forcené qui est retranché avec son arme de poing de se rendre échoue. Après examen de la topographie des lieux grâce à un matériel pointu, le RAID donne l’assaut vers 11h45.

Neutralisation en douceur

Une neutralisation en douceur, les policiers d’élite ayant voulu éviter que l’opération ne dérape, en raison de la présence de la compagne et des deux enfants en bas âge du couple. Une femme en état de choc et des enfants qui sont sans et saufs.

Le forcené a été remis aux gendarmes de la compagnie de Pézenas en charge de l’enquête. Il se trouve en garde à vue. Selon nos informations, le couple gardé six heures en otages à leur domicile de Castelnau-de-Guers ont été examinés par un médecin aux urgences de la clinique Pasteur de Pézenas et bénéficient d’une interruption temporaire de travail -Itt- de dix et six jours. Les investigations se poursuivent.

Les gendarmes tentent d’établir si ce n’est pas la voiture du forcené qui a refusé d’obtempérer à des gendarmes de Pézenas, vendredi vers 23h, sur la route de Tourbes. Lors de la course-poursuite, deux militaires ont été légèrement blessés dans une sortie de route; Le chauffard qui avait un ou des passagers a réussi à s’enfuir…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *