Mise en examen de la gendarme du Gard : un syndicat de police scandalisé

La mise examen fin août pour un crime présumé -au sens du code de procédure pénale- de violences volontaires avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner, visant une gendarme du peloton d’autoroute de Gallargues-le-Montueux, dans le Gard, âgée d’une cinquantaine d’années, mère de deux enfants est vivement critiquée.

Alors que son avocat, Me Cyril Caron du barreau de Montpellier -un pénaliste qui a fait ses preuves et qui a une solide réputation- annonce ce jeudi qu’il a saisi la chambre de l’instruction près la cour d’appel de Nîmes d’une demande d’annulation du contrôle judiciaire qui vise l’interdiction d’exercer la profession de gendarme, en plus de l’interdiction de posséder une arme et de se rendre à Nîmes, où réside la famille de la victime.

Barrage forcé

Un Nîmois qui réside dans la cité du Chemin Bas d’Avignon âgé de 42 ans a été tué par une balle tirée par la gendarme, après avoir forcé un barrage dressé dans un couloir du péage de l’autoroute A9 à Grand-Gallargues, au volant de sa voiture recherchée après deux délits présumés, dont un accident avec délit de fuite commis au Grau-du-Roi, puis à Aigues-Mortes.

Question : l’interdiction à un gendarme de posséder une arme, dont celle de service qui est incontournable, n’entraîne t-elle pas logiquement une impossibilité d’exercer dans la Gendarmerie nationale ? Certes, cette gendarme peut très bien être affectée à un poste administratif, mais peux t-elle exercer ? Il semble toutefois, que les deux mesures ne soit pas incompatibles.

Les juges de la cour d’appel de Nîmes devraient examiner la requête de Me Caron la semaine prochaine.

Colère d’un syndicat de police

Cette mise en examen au criminel décidée par le juge d’instruction de Nîmes, contrairement aux réquisitions du procureur de la République, Eric Maurel qui avait ouvert l’information judiciaire pour le délit présumé d’homicide involontaire, est également critiquée par le syndicat Unité SGP Police FO. Depuis le rapprochement police-gendarmerie au sein du ministère de l’Intérieur, les syndicats de police peuvent officiellement réagir, contrairement à la hiérarchie de la gendarmerie, privée de syndicat et dès lors toujours soumis au secret professionnel.

« La décision du juge d’instruction de Nîmes à l’encontre de notre collègue gendarme est incompréhensible et absolument intolérable », déclare ainsi Yves Lefebvre, le secrétaire général du syndicat Unité SGP Police.

« On dénonce l’attitude du juge d’instruction de Nîmes qui a décidé de requalifier la mise en examen de notre collègue gendarme, contrainte de faire usage de son arme pour neutraliser un individu défavorablement connu des services de police et de gendarmerie. Après avoir percuté plusieurs véhicules et proférer des menaces de mort à l’encontre de policiers municipaux, l’automobiliste a refusé de s’arrêter à un barrage de gendarmerie mis en place pour l’interpeller contraignant notre collègue, après les sommations d’usage, à faire usage de son arme pour le stopper dans sa course folle. Alors que le parquet avait requis sa mise en examen pour « homicide involontaire », qualification délictuelle, le juge d’instruction a préféré requérir la qualification criminelle de « violences volontaires avec arme ayant entrainé la mort sans intention de la donner », assortie d’une interdiction de port d’arme, d’une suspension et de se rendre sur la commune de Nîmes. Cette décision montre toute la considération et la méconnaissance qu’ont les magistrats du métier de policier et de gendarme », ajoute Yves Lefebvre.

« Un véritable pool de magistrats spécialisés »

Le syndicat se dit ainsi « indigné par cette décision et considère qu’il s’agit d’une véritable provocation à l’encontre des policiers et des gendarmes. On ne peut accepter cette situation et réitèrera au Président de la République, au ministre de l’Intérieur et à la Garde des Sceaux ses propositions en matière d’évolution du code de sécurité intérieure, qui est régulièrement remis en cause par les magistrats. La mise en place d’un véritable pool de magistrats spécialisés, chargé exclusivement de traiter tous les cas de violence contre les policiers, gendarmes, pompiers, gardiens de prison, personnels de santé et les cas de sortie et d’utilisation de l’arme s’avère nécessaire ».

Cette mise en examen de nature criminelle visant cette femme gendarme à la carrière déjà bien remplie choque également les gendarmes de tout grade et notamment ceux de la région Occitanie.

46 Comments

    1. Dans cette affaire ce qu’il y a de plus scandaleux, c’est qu’un individu par ses agissements a engagé la responsabilité sur le plan administratif et pénal de cette collègue gendarme. C’est de cela que devrait s’interroger toute la classe politique de savoir s’il est admissible par de tels comportements de mettre la responsabilité à tous les plans des autres et être alors autorisé à s’en plaindre des conséquences. Notre organisation syndicale réprouve la décision du magistrat instructeur et appelle les politiques à une réflexion sur ces situations qui se produisent au quotidien dont certaines se terminent par un drame en raison des seuls comportements contraires à la loi , des agissements auxquels les forces de l’ordre ont vocation à mettre un terme pour protéger les autres. (Syndicat USPPM)

  1. Les gendarmes devront-ils se résoudre à regarder leurs chaussures et les étoiles et pourrons nous alors espérer que les magistrats assureront notre sécurité comme ils savent si bien au quotidien par leurs décisions en faire la démonstration ?

    1. Tout à fait d’accord ! Et que la France respecte ceux qui engage leur vie pour la paix de chacun d’entre nous.

  2. Aujourd hui dans ce pays il vaut mieux etre un batard qu un citoyen  » normal « . La justice et les politiques sont completement à côté de la plaque. Que personne ne soit surpris si un jour les Français prennent les armes ce qui est proche.

  3. On devient complètement Fou dans ce pays…ces juges d’opérette sont tout simplement en train de légaliser le délit de fuite et le refus d’obtempérer…on devrait plutôt féliciter ces policiers et gendarmes qui mettent hors d’état de nuire de telles crapules…aurait il fallut que ce dégénéré tue quelqu’un peut être…j’en ai vraiment marre de lire des articles comme ça…bravo à tous

  4. Comment peut ont mettre cette femme en examen alors quel a fait sont travail .ce putain de délinquants fait un délit de fuite et c elle qui est dans la merde c une honte

  5. Y en a Mare qu on protège plus les voyous que tout les forces de l ordres et les gens qui se lèvent tout les jours pour essayer d avoir une vie correcte !! A ce demander si ces pas voulu pour qu on vote extrême droite ?? Y a n a Mare et je pense pas être le seul !!

  6. il y a trop de flic dans ce pays et de plus incompetent !!! tous en tole l’etat es un voleur comme tout les mecreant qui la servent
    la guerrilla de rue avec rebellion va arriver les delateurs du pays

  7. Je soutien tous ses force de l’ordre une personne qui force un barrage laissé le passer de toute manière vous aurez tjr tord faite un semblant de travail au moin pour soutenir cette gendarme

  8. Pour un magistrat il est plus facile de mettre un gendarme en examen et obtenir la paix sociale chez les voyous et on est certains que les militaires ne bruleront pas de voiture. ..Vive la France

  9. C’est une honte ! Mais comment fonctionne notre gouvernement aujourd’hui ? Il protège les malfrats et sanctionne les forces de l’ordre qui ne font que leur métier?
    Mme la gendarme, ne baissez pas les bras, vous avez un métier qui vous honoré. C’est notre pauvre France et notre politique gouvernementale qui marche sur la tête !

  10. PAUVRE FRANCE DE NOTRE ENFANCE
    Ou est le respect que nous avions en des les forces de l’ordre?
    Aujourd’hui mieux vaut être bandit que gendarme..
    Manifestons ensembles pour le rétablissement du civisme…

  11. Honte à cette magistrature qui aime se faire du policier ou du gendarme.. par contre quand un magistrat est victime ils savent sévir sévèrement.. Quelle justice de M…. ..!!!

  12. Il est effectivement déplorable qu’un gendarme soit poursuivi pour avoir fait son travail
    Si l’on veut jouer aux gendarmes et au voleurs il faut assumer ou ne pas fuir .

  13. Soutien à toutes les forces de l’ordre le peuple est avec vous et pas avec ces ronds de cuir qui ne sont pas capables de reconnaître la dangerosité de votre travail. ..

  14. Oui, mais la victime faisait partie d’une classe protégée en France, bien que pas en voie d’extinction, la racaille.
    Merci aux magistrats de contribuer au démantèlement du pays !

  15. Depuis plus de 40 ans tout est fait par les politiques de tous bords pour casser les gens qui veulent être honnêtes. Méticuleusement on détruit notre société avec des petits riens qui passent inaperçus. Il n’y a plus de solidarité, il n’y a que des gens qui essaient de survivre en restant honnêtes avec parfois des engagements personnels dont personne n’a plus rien à faire. Ces magistrats qui sont formés dans l’idéologie d’une gauche arriérée témoignent hélas de cette décadence. Le plus triste est qu’ils n’ont pas l’air de savoir que la Justice est l’un des 3 piliers de l’Etat pour son équilibre.

  16. Tout mon soutien aux gendarmes et policiers, quand on est serein,on s’arrête au contrôle, sinon que celui qui force le contrôle prend ses risques parfois extrême, mais force reste à la maréchaussée pour la sécurité des citoyens

  17. Cette décision ne m’étonne pas. La plupart des magistrats sont des gauchistes anti-gendarmes et policiers. Belle occasion de « se payer » un gendarme.

  18. C est une médaille que devrait avoir cette gendarme pas une mise en examen. …. c est toucher le fond de l ignominie

  19. Cette femme gendarme n’a fait que son devoir. Malheureusement, il y a eu mort d’homme. Ce dernier était certainement conscient des risques qu’il prenait en se conduisant ainsi. J’apporte mon total soutien à ce sous-officier contre laquelle, à n’en pas douter, les charges seront abandonnées. Elle sera, sans conteste, reconnue dans son bon droit, à l’issue de l’instruction actuellement diligentée. En ma qualité d’ancien commandant de brigade, je mesure bien les questionnements qui animent cette femme gendarme. Je lui souhaite tout le courage nécessaire pour affronter cette épreuve et je lui adresse mes sentiments confraternels et cordiaux.

  20. tout notre soutien á cette gendarme qui n a fait que son devoir. Bientôt on va armer les voyous et désarmer les gendarmes et les policiers!!!Dans quel monde sommes nous!!!!

  21. À quand un organe de contrôle de ces quelques magistrats de l’extrême gauche dont la haine pour les policiers et gendarmes, leur indulgence douteuse à l’égard des voyous de tous poils, se manifeste de manière si flagrante et décalée qu’il faudra bien, un jour, trouver un pare feu à leurs excès.

  22. Nul n’est au dessus des lois !
    Ça reste un mascarade, le jour où des policiers et gendarmes seront jugés et réellement punis par incarcération, nous pourrons enfin parler d’égalité. L’abolition des ces privilèges d’un autre âge est une nécessité.
    Inutile de chouiner vous avez signé pour ce métier.

  23. Peut-être que le jour ou un juge se fera buter par un truand ils prendront fait et cause pour ceux qui défendent le droit et l’ordre public !…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *