Juste ciel : les Cévennes décrochent les étoiles

En 2016, le Parc national des Cévennes candidatait au label RICE, pour « Réserve internationale de ciel étoilé », finalement décroché cet été. Il s’agit seulement du douzième label attribué dans le monde, le second en France après le Pic du Midi. Les Cévennes permettent encore d’observer le ciel, un patrimoine aujourd’hui disparu pour 80 % des habitants de la planète.

Ici, dans le sud de la France, dans des montagnes encore épargnées par l’urbanisation forcenée, la Dark-Sky Association, l’organisme mondial chargée de délivrer le label a constaté que l’on peut encore observer les étoiles dans des conditions optimales.

Les Cévennes, qui bénéficient encore d’un ciel très noir, sont donc devenues la seconde réserve française, après celle du Pic du Midi, labélisée RICE. Le point fort de cette réserve : son étendue, qui couvre 3560 km², faisant de cette RICE cévenole la plus grande réserve de ciel étoilé d’Europe. Pour parvenir à ce résultat, la Dark-Sky Association rappelle que le ciel étoile cévenol a été mesuré 370 fois en deux ans.

Label RICE, un plus pour le tourisme

Un label RICE, mais pour quoi faire ? « Ce label reconnu doit notamment permettre aux acteurs du tourisme cévenol de compléter et d’étendre leur offre », explique Dark-Sky qui pointe plusieurs projets liés à l’obtention du label, dont la création d’une école d’astronomie à Alès.

En Lozère, des formation sur le thème « Animer la nuit en ciel étoilé » à destination des professionnels de l’environnement et du tourisme est prévue en 2019.

Ciel étoilé au-dessus de l’étang de Barradon ©photo Bruno Daversin PNC

Des engagements à respecter

« L’autre objectif de la création d’une RICE consiste à prendre des mesures qui permettent, sur le long terme et sur chaque territoire concerné, de valoriser le ciel de qualité exceptionnelle », rappelle l’association. Pour cela, le label engage les communes et les acteurs privés sur des points cruciaux pour lutter contre la pollution lumineuse.

Le territoire devra appliquer les bonnes pratiques d’éclairage (éclairage public durable et non polluant) afin de préserver la beauté de ses paysages nocturnes : « Ce patrimoine céleste inestimable a aujourd’hui disparu pour plus de 80 % des habitants de la planète », rappelle la Dark-Sky Association, qui va également favoriser le développement d’une offre touristique cévenole spécifique au ciel étoilé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *