Première en France : le CHU de Montpellier cofonde une startup

Le CHU de Montpellier et ses équipes ont cofondé la startup Medxcell Science SAS, une première pour un hôpital français, afin de participer au développement de la médecine de demain.

Le CHU annonce la création de la start-up MedXCell Science SAS, dont il est co-fondateur avec MedXCell SA, une société suisse spécialisée dans les thérapies innovantes, dont l’objectif est de devenir leader mondial dans la médecine régénératrice et la médecine du sport, notamment grâce à son large réseau international dans le sport professionnel.

La cible : mal de dos et arthrose

MedXCell Science SAS est dédiée au développement de thérapies cellulaires innovantes ciblant les maladies ostéo-articulaires, comme l’arthrose. « La vocation de cette startup permettra, à terme, de démocratiser des traitements de pointe faiblement invasifs aux capacités régénératrices, précise le directeur général du CHU de Montpellier, Thomas le Ludec, Pour la majorité de ces pathologies ostéo-articulaires, les traitements actuels sont uniquement symptomatiques et ne ciblent pas la cause du dysfonctionnement ».

L’IRB de Montpellier en pointe

Les traitements novateurs que doit la start-up bénéficieront autant aux sportifs d’élite qu’aux très nombreux patients atteints de maladies ostéo-articulaires à travers le monde, « ces derniers représentant un enjeu majeur de société », précisent les cofondateurs de MedXCell Science SAS qui propose donc une approche différente en valorisant la recherche clinique du Professeur Jorgensen, directeur de l’IRMB -Institut de médecine régénératrice et de biothérapie- de Montpellier, une unité qui a déjà testé avec succès l’utilisation de cellules souches pour soigner la maladie arthrosique et la pathologie discale, le mal de dos avancé.

Valoriser la recherche publique et académique

« En faisant partie des fondateurs de cette start-up, le CHU de Montpellier réalise la première de participation d’un CHU français dans une entreprise dédiée à la valorisation des résultats académiques », ajoute Thomas le Ludec. À terme, MedXCell Science SAS exploitera plusieurs technologies mises au point dans le cadre des activités de recherche du CHU de Montpellier et de ses partenaires, dont l’Inserm et l’Université de Montpellier.

Hébergée par l’incubateur Cyborg

La startup sera hébergée dans l’incubateur Cyborg, créé par le CHU sur le campus Gui-de-Chauliac et Saint-Eloi, en liaison étroite avec l’Institut de Médecine Régénératrice et de Biothérapies, « au plus près des activités de soin et de recherche », complète le CHU qui évoque également, grâce à cette initiative, « la création d’emplois et d’activité économique durables sur la métropole montpelliéraine ».

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *