Montpellier : véhicules, poubelles et commerce incendiés, quinze intoxiqués

Quatre voitures, un commerce et des poubelles ont été volontairement incendiés dans la nuit de jeudi à ce vendredi autour de la gare SNCF Saint-Roch, dans le secteur du boulevard de Strasbourg et de la place Carnot, à Montpellier. Les mises à feu qui ont commencé vers 5h ce matin ont eu lieu à trois endroits différents rapprochés, selon nos informations.

Rue Henri René, quatre véhicules en stationnement ont été entièrement détruits par les flammes qui se sont propagées à un salon de coiffure situé au rez-de-chaussée, Le commerce est endommagé. Le feu a également léché et noirci la façade et les balcons d’un immeuble, tandis que les fumées toxiques ont été inhalées par dix locataires. D’autres devantures de magasins sont noircies.

Non loin de là, rue Farges, le ou les incendiaires ont pénétré dans le hall d’un immeuble par la porte d’entrée mal fermée sans doute et ont mis le feu à des divers objets. Un résident a inhalé des fumées.

Enfin, rue Frédéric Bazille, dans le même secteur, une poubelle a été calcinée et les fumées épaisses ont intoxiqué quatre locataires d’une résidence.

Nombreuses ambulances

Les sapeurs-pompiers du Sdis 34 des deux casernes de Montpellier sont mobilisés, notamment avec quatre fourgons de lutte contre les feux urbains et deux grandes échelles aériennes pour maîtriser les flammes et éviter d’autres propagations à des véhicules garés à côté de ceux qui brûlent. Ils ont reçu le renfort d’autres centres de secours -Fabrègues et Frontignan- venus avec cinq ambulances pour secourir les quinze locataires ayant inhalé des fumées, ainsi que des médecins du Sdis 34 et du Smur-Samu 34.

Légèrement incommodées, les quinze victimes sont actuellement examinées sur place. Deux des résidents ont été transportés par précaution aux urgences du CHU Lapeyronie. Ces familles étaient endormies quand les incendies se sont déclarés.

Trois policiers de la BAC brûlés et blessés

Quand l’alerte a été donnée sur le 17, le numéro d’urgence de police-secours, vers 5h, deux équipages de la brigade anticriminalité -BAC- qui patrouillaient dans le secteur ont convergé aussitôt rue Henri René. Ils ont alors découvert les véhicules en flammes, hautes d’une dizaine de mètres et ont aperçu des résidents d’un immeuble réfugiés sur le balcon, qui ne pouvaient pas s’échapper par les escaliers. Les policiers ont réussi à sauver 20 locataires, avant l’arrivée des premiers pompiers.

Lors de l’intervention, trois des fonctionnaires de police ont été légèrement blessés, brûlés aux bras et admis aux urgences du CHU Lapeyronie, selon l’état-major de la direction départementale de la Sécurité publique de l’Hérault, la DDSP 34.

Les syndicats de police réagissent

Selon le syndicat Alliance Police 34 qui salue un acte héroïque, « ces policiers ont fait preuve d’un professionnalisme et d’un sang-froid exemplaires. Ils n’ont pas hésité à ont casser les portes pour pouvoir pénétrer dans l’immeuble et sortir la vingtaine de résidents bloqués voués à une mort certaine ». Le syndicat Alliance Police 34 confirme que trois policiers de la BAC sont hospitalisés.

Réaction également du syndicat Unité SGP Police-FO qui dénonce « ces actes gratuits qui auraient pu avoir des conséquences gravissimes et tient à saluer l’efficacité des effectifs de police locaux qui, rapidement sur les lieux ont entamé les évacuations nécessaires et ont installé les périmètres de sécurité. Leur rapidité d’intervention et leur professionnalisme ont permis d’éviter le pire. Selon les premières constatations, au moins cinq relogements sont à prévoir suite au sinistre. L’ingénieur d’astreinte de la Ville de Montpellier est attendu sur place suite au risque d’éboulement décelés. Trois policiers ayant inhalé des fumées en quantité sont, de plus, brulés aux avants bras. Ces blessures ont nécessité leur hospitalisation. Nous les félicitons pour leur sens du devoir et leur souhaitons un prompt rétablissement ».

Les policiers de la Sécurité publique du commissariat central de la permanence judiciaire sont sur les lieux, avec la police technique et scientifique. Ces incendies qui ont éclaté en l’espace d’un quart d’heure seraient criminels et seraient l’œuvre d’un ou plusieurs incendiaires. Les Montpelliérains ont découvert au lever du jour un triste spectacle de désolation.

>> Plus d’informations à suivre.

>> Le reportage vidéo et photos d’Anthony Montardy

Les pompiers en action ce matin rue Henri René. Photo D.R.
Une des deux grandes échelles engagée rue Henri René. Photo D.R.
Carcasses de voitures carbonisées, devantures de commerces incendiées, ce matin. Les habitants de la Henri René en émoi. Photo Anthony Montardy.

6 Comments

  1. Bonjour, en ce qui concerne l’incendie de la rue Farges, il s’est déclaré au sein d’un immeuble, dans le hall d’entrée. (La porte d’entrée à du mal à se fermer, ils ont donc pu rentrer). Les pompiers ne nous ont fait aucun examens par contre..
    Voilà, pour que l’information soit plus précise.

  2. C’est grave ,un tel incendie en centre ville c’est un acte de terrorisme ni plus ni moins.

    Le niveau de pourrissement sécuritaire du centre ville de Montpellier et juste effarent

  3. La bac rue Henri René ? Sympa de nous avoir oublié alors qu’on est pile poil l’immeuble devant lequel les 1ere voitures prenaient feux… On a bien cru ne pas pouvoir s’en sortir…
    Et des gens bloqués sur un balcon alors que le feu venait de la rue, pourquoi se réfugier là ?
    Perso, c’est bien les pompiers qui nous ont secouru et suivi tout le long niveau santé et sécurité. Merci à eux!

  4. Cette ville où on était si bien dégénère de plus en plus ; quant on voit la faune qui s y balade on en comprend les raisons. Cela doit être cela pour la gauche le fameux enrichissement culturel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *