Classement : 28% de cadres parisiens rêvent de vivre à Montpellier

Montpellier se classe cinquième dans le Top 30 des villes de province préférées des cadres qui rêvent de venir y vivre, selon le site Cadremploi.

Bordeaux arrive en tête, devant Nantes, Lyon et Toulouse qui devance donc Montpellier. En effet, 28 % des cadres qui souhaitent quitter la région parisienne rêvent de déménager dans le chef-lieu de l’Hérault.

La plupart des cadres se plaignent du coût de la vie dans la capitale et sa banlieue, du temps de transports, mais aussi du manque de proximité avec la nature ou encore du problème de logement. Ils se déclarent majoritairement insatisfaits de leur vie actuelle et aspirent à rejoindre les métropoles régionales, analyse Cadremploi.

Déménagement d’ici un an

D’après une enquête publiée mardi par Cadremploi  84% des cadres franciliens envisagent de quitter la région parisienne pour s’installer ailleurs en France. Et plus d’un quart des éventuels candidats au départ (28%) réfléchit même à s’installer en région dans les douze prochains mois.

Leurs motivations? En très grande majorité, 90% d’entre eux souhaitent quitter Paris et ses environs pour trouver un cadre de vie plus agréable, et 65% un meilleur équilibre entre leur vie personnelle et professionnelle. Le coût de la vie, trop chère pour 77% d’entre eux, constitue leur première récrimination. Vient ensuite la durée du temps de transport, trop long et fatiguant : plus d’une heure et demie par jour pour près de la moitié d’entre eux.

Le manque de proximité avec la nature (54%), l’environnement dégradé (48%) et les problèmes de logement (48%) sont également cités comme motifs de fuite. Les cadres franciliens s’accordent par ailleurs pour dire qu’ils trouvent les Parisiens stressés (94%), désagréables (61%) et hautains (60%).

Baisse de salaire

Parmi les plus mécontents figurent les cadres qui vivent et travaillent en banlieue. Ils représentent 57% des insatisfaits alors qu’ils constituent seulement 33% de l’échantillon de total de personnes interrogées. Si Bordeaux, Nantes, Lyon, Toulouse et Montpellier arrivent en tête du Top 30, les villes de Metz et de Saint-Etienne sont reléguées aux dernières places du classement.

Pour parvenir à leur rêve, près de la moitié des cadres interrogés se dit prêt à une reconversion professionnelle. Ils se disent aussi prêts à consentir à une baisse de salaire, qui peut aller jusqu’à 5.000 euros sur leur salaire annuel brut.

Soleil, plages et tramway

Le soleil une grande partie de l’année, la proximité des plages et de la mer l’été, l’offre de quatre lignes de tramway, des gares TGV, de l’aéroport et la réputation d’une ville festive constituent des atouts pour le choix de Montpellier et de communes alentour.

L’enquête a été réalisée du 12 au 14 juillet dernierpar questionnaire auto-administré en ligne auprès de 1 786 candidats inscrits sur le site internet de Cadremploi.

1 Comment

  1. A Montpellier ou dans les environs ? Ca n’est pas du tout la même chose. Je doute que beaucoup de parisiens aient envie de vivre à Montpellier. Par contre La Grande-Motte, Pérols, Lattes, Aigues-Mortes peut-être, mais certainement pas Montpellier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *