Nicolas Hulot et pape François : la réaction de Philippe Saurel

Lors de la présentation ce mardi matin de l’école Germaine Richier, Philippe Saurel a tenu à réagir à deux points d’actualité. Tout d’abord, à la démission de Nicolas Hulot du ministère de l’Écologie annoncée quelques minutes plus tôt par l’intéressé sur France Inter. Ensuite, aux propos du pape François tenus dimanche, conseillant aux parents le recours à « la psychiatrie » lorsqu’un enfant présente des « tendances homosexuelles ».

« L’écologie ne doit pas être un ministère »

La démission de Nicolas Hulot est l’occasion pour Philippe Saurel de présenter sa vision de l’écologie en politique : « Nicolas Hulot a considéré qu’il n’était pas en capacité de pouvoir apporter à l’écologie et à la protection de la planète tout ce qu’il souhaitait faire. Sa démission marque une chose importante : l’écologie, pour moi, ne doit pas être un ministère. L’écologie est une prise de conscience globale qui recouvre tous les ministères et toutes les relations entre États ».

Le maire de Montpellier est invité le 30 août par le maire de Palerme Leoluca Orlando à l’ambassade d’Italie à Paris après que ce dernier ait donné une conférence à Science Po dans le cadre de l’école urbaine sur la thématique Les Villes dans le jardin planétaire. « Dans le titre tout est dit. L’écologie ne peut pas être réglée par des mesurettes. L’écologie est un problème mondial, qui touche les relations entre les États et qui, a fortiori, recouvre tous les ministères. Tant qu’il n’y a pas cette prise de conscience dans ceux qui gouvernent, quels qu’ils soient, l’écologie restera uniquement des affichages médiatiques et pas de la politique au sens noble du terme ».

Philippe Saurel précise qu’il avait eu avec Nicolas Hulot d’excellentes relations à Paris, lors des séances de travail sur le projet de Zones à Faibles Émissions.

« Le terme de psychiatrie pour parler de l’homosexualité est inacceptable »

On a senti une colère froide chez Philippe Saurel à l’encontre du pape François : « Le terme de psychiatrie pour parler de l’homosexualité est inacceptable. L’homosexualité ne relève pas de la psychiatrie de près ou de loin. Les psychiatres, les médecins… tout le monde vous le dira. Même s’il y a d’autres phrases qui amortissent tout cela, le terme est inacceptable »

Lors de son voyage en Irlande, le pape a dû faire face aux nouvelles révélations concernant des prêtres pédophiles. Une nouvelle fois, les agissements et la réaction du Vatican ont été fortement critiqués. Pour Philippe Saurel, qui transpose cela à son mandat, les sanctions doivent prises : « À ma connaissance, le chef de l’Église assure à la fois le spirituel et le temporel. Pour ceux qui ont fauté, ils doivent être excommuniés et sortis de leurs charges. Il n’y a pas d’autre alternative. Imaginez que j’ai le même problème à régler avec des élus de ma majorité, je dirais au Montpelliérains : « je vais demander pardon à Macron » ? Ce n’est pas possible. Je sais que cela ne se passe pas dans les mêmes sphères et ce que signifie le pardon dans l’église catholique et pour la chrétienté. Il n’empêche qu’aux différents conciles de l’Église, sa situation et son discours n’ont pas toujours été identiques avec les problèmes sociaux. Donc je considère que pour toutes les affaires de pédophilie qui relève du crime et du pénal, il doit y avoir des sanctions méritées au regard des crimes commis ».

Lancé sur l’Église et la société, Philippe Saurel a conclu -ndlr : sans faire un lien de cause à effet mais de manière maladroite comme il le concèdera plus tard en aparté- : « Personnellement, si j’avais à intervenir dans le fonctionnement et dans l’histoire de l’Église, je dis que le célibat des prêtres est obsolète. Cela a déjà été réglé chez les musulmans, les juifs, les protestants… dans toutes les religions du Livre, sauf le catholicisme ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *