Hérault : le directeur de la Sécurité civile en visite officielle

C’est un honneur pour le Département de l’Hérault et pour le contrôleur général Éric Florès, le directeur du Service départemental d’incendie et de secours -Sdis 34- de l’Hérault, que de recevoir ce mardi, le préfet Jacques Witkowski, directeur général de la Sécurité civile et des crises, venu de Paris, pour une visite officielle.

Le préfet a été accueilli ce matin sur le site du Sdis 34 à Vailhauquès, à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Montpellier, où il a visité les installations modernes du Centre départemental des appels d’urgence, le CDAU 34, implanté au sein du Codis 34. Il s’agit de la plateforme commune qui réceptionne et gère les appels qui parviennent au 18,112 et au Centre 15. Selon un récent rapport, il y a des milliers d’appels qui ne sont pas décrochés par les stationnaires du Samu…

Après avoir découvert le CDAU 34, le directeur de la Sécurité civile s’est fait présenter le fonctionnement de la salle de gestion des feux de forêt, un PC activé en cette saison estivale, assez calme sur le front des incendies de végétation, par rapport à l’été 2017.

Pélicandrome, caserne d’Agde et cellule technique

En fin de matinée, le préfet Jacques Witkowski se rendra au pélicandrome sur l’aéroport de Béziers-Le Cap d’Agde, à Vias, où il assistera à une démonstration des trois Air Tractor, les bombardiers d’eau légers du Département de l’Hérault très utiles pour éteindre un feu naissant dans la forêt et la garrigue, comme on l’a vu encore hier à Frontignan.

Dans l’après-midi, il se rendra au poste de secours des plages Richelieu-Ouest, au Cap d’Agde, qui compte le plus grand nombre de sauveteurs -47 au total- affectés aux 12 postes. Enfin, il clôturera sa visite officielle  dans l’Hérault par une réception au centre de secours principal d’Agde, dont l’activité est accrue l’été avec une population qui passe de 25’000 à 250’000 habitants, où lui sera présenté le dispositif préventif de lutte contre les feux de forêt, avec les GIFF notamment et une démonstration de la cellule technique de recherche des causes d’incendie, la CTRC 34. Les experts parviennent à isoler l’endroit d’où partent les premières flammes et trouver d’éventuelles mises à feu.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *