Montpellier : la police saisit du cannabis dans l’église protestante

L’église protestante, ex-temple des réformés située à l’angle du cours Gambetta et de la rue Saint-Barthélémy, à Montpellier abrite un trafic de drogue permanent, un véritable supermarché du shit, dont les trafiquants sont des réfugiés albanais qui sont hébergés par des associations humanitaires ayant pignon sur rue ici. À la tête du conseil d’administration de ces associations qui ont leur siège près de cette église -rues Brueys et Louise Guiraud-, se trouve un préfet honoraire de l’Hérault.

Récemment, dans la nuit, un ou des inconnus avaient tracé à la peinture noire un message clair et net sous la forme de tags sur les façades de l’église protestante, côté Gambetta, ainsi que sur des murs de la Ville : « Ici, dealers » ! De grandes flèches localisaient une des fenêtres de la petite église, où les clients de haschich viennent s’approvisionner, jour et nuit. Les vendeurs qui se relaient 24h sur 24 pénètrent dans l’église par la grande porte, rue Saint-Barthélémy et servent les clients par la fenêtre, tel un drive.

Agression dans le quartier

Samedi, les policiers de la Sécurité publique de Montpellier se sont invités par surprise dans l’église protestante. Ils avaient été informés par une femme via le 17, le numéro d’urgence de police-secours qu’elle venait de croiser les deux individus qui l’avaient violemment agressé deux jours plus tôt vers 13h15 sur un trottoir du quartier. Elle avait été victime d’un vol avec violence.

Aux policiers de la patrouille dépêchée sur les lieux, cette femme a donné un signalement précis des deux agresseurs et a donné comme sens de fuite la rue Saint-Barthélémy, indiquant qu’ils avaient pénétré dans l’église protestante. Si elle était bien occupée par trois ressortissants albanais, en revanche, elle n’a pas formellement reconnu ses agresseurs. Mais, la venue inopinée des policiers a permis de saisir plusieurs grammes de résine de cannabis et 140 euros en liquide, dissimulés près de la fameuse fenêtre qui donne sur le cours Gambetta et qui abrite le supermarché de la drogue.

Le dealer présumé, un Albanais de 24 ans a été interpellé et placé en garde à vue au commissariat central. Les investigations se poursuivent…Ce lundi, à de nombreuses reprises, la police municipale de Montpellier a effectué des contrôles dans cette zone, occupant notamment le terrain devant le temple protestant.

Un projet bloqué

Transformer ce temple protestant de l’église des réformés en centre culturel et social, tel est le projet de la Fondation du protestantisme. Le projet prévoit l’installation d’un studio de radio, de salles d’animations et de logements dans le bâtiment refait à neuf. Il a été construit début du XIXe siècle pour servir de manège et transformé en 1882 en lieu de culte de l’Église réformée, avec des salles de logement annexes. Mais, le projet tarde à aboutir.

La fenêtre à droite côté rue qui sert de drive aux dealers. Photo JMA. Métropolitain.
La police municipale sur place ce lundi, devant le temple protestant. Photo JMA. Métropolitain.

5 Comments

    1. Le bâtiment était inoccupé, en voie de démolition, lorsqu’il a été squatté par des migrants. Étonnant comment certains se pressent à des conclusions fausses et surtout, prendre la peine de commenter alors qu’on ne sait rien.

  1. Seulement « Plusieurs grammes de résine » ?! Avec les va et viens incessants toute la journée ? Ce lieu est un vrai moulin de la drogue à la vue de tous, en tout impunité. Et visiblement la mini descente n’a servi à rien, à en croire les « résidents » présents à nouveau ce lundi soir à 20h

  2. Pour connaître le futur projet de ce lieu, allez sur le site : le-carrousel.fr, car le lien qui a été mis de la Fondation du protestantisme vous fait arriver sur une page générale

  3. Le temple de la paix, transformé en temple de la drogue….. Que fait le premier magistrat de la ville….. Un lieu de culte souillé, inimaginable il y a quelques décennies… Tout le monde ferme les yeux… Montpellier aux mains des dealers..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *