Saint-Félix-de-l’Héras : l’auteur du coup de fusil mortel en examen est laissé libre

palais justice montpellier

L’Héraultais âgé de 51 ans qui a abattu d’une cartouche de fusil de chasse chez lui, dans un hameau de Saint-Félix-de-l’Héras, près de Lodève, jeudi matin, un habitant de la commune voisine des Rives âgé de 52 ans a été déféré au parquet de Montpellier, ce samedi.

Le procureur de la République a ouvert une information judiciaire pour le crime présumé de violences volontaires avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner, jugé devant la cour d’assises et passible de quinze ans de réclusion. Cette qualification criminelle est différente de l’homicide volontaire.

Vives tensions

Le quinquagénaire a été mis en examen de ce chef criminel par le juge d’instruction et a été remis en liberté sous contrôle judiciaire. Jeudi vers 7h30, alors que sa famille dormait dans la propriété, dans un hameau proche de Saint-Félix-de-l’Héras, le quinquagénaire a vu surgir un habitant de la commune voisine des Rives, près du Caylar âgé de 52 ans, très agressif et brandissant un couteau, le menaçant de lui porter des coups de lame.

Les deux ruraux se connaissent et se fréquentent depuis plusieurs années, mais à cause d’un conflit d’ordre financier, né du côté de la victime, leurs relations étaient devenus très tendues, voire vives et même violentes. Il semble que la victime, déjà connue des gendarmes de la compagnie de Lodève pour des faits de violences et de menaces, n’acceptait pas de devoir s’acquitter de sa dette et serait venu armé d’un couteau pour e découdre.

Légitime défense ?

Le quinquagénaire qui a été surpris par cette visite matinale violente et qui s’est senti menacé par cette connaissance armé d’un couteau a préféré prendre les devants. Lors d’échanges verbaux, dans une des pièces de l’habitation, il a réussi à se saisir de son fusil de chasse qui était chargé, avant de tirer sur l’agresseur qui a été tué sur le coup.

Les membres de sa famille qui dormaient n’ont pas assisté directement au drame. C’est l’auteur présumé qui a lui même appelé les sapeurs-pompiers et les gendarmes. En garde à vue à la brigade de recherches de la compagnie de Lodève, le quinquagénaire a répété qu’il s’était senti en danger et qu’il avait tiré sans avoir eu l’intention de tuer.

Il n’est pas exclu que la thèse de la légitime défense soit évoquée pendant l’instruction qui ne fait que commencer. Ce drame a mis en émoi ces communes rurales tranquilles du Lodévois.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *